déodorant
Enceinte, puis-je utiliser un déodorant ?

Une étude effectuée pour le compte d'associations américaines de défense du consommateur a identifié 5 types de phtalates dans 52 des 72 produits cosmétiques testés (parmi lesquels des déodorants, des parfums, des gels et des sprays coiffants et des produits pour le corps).

Il s'agissait de BBzP, de DBP, de DEHP, de DEP. Et selon les conclusions de cette étude, ces phtalates auraient des effets toxiques sur la reproduction. L'AFFSAPS a procédé à l'évaluation de ces cinq phtalates le 12 septembre 2002, et ses conclusions ont été les suivantes : interdiction du DEHP dans les produits cosmétiques, concentration maximale autorisée du DEP à 15%, pour les produits susceptibles d'être appliqués sur le corps (et le visage), restriction du DBP et du BBzP seulement dans les vernis à ongles, toutes les autres applications cosmétiques étant exclues.

Par ailleurs, la présence d'aluminium dans les produits cosmétiques, en particulier dans les déodorants antitranspirants (ils peuvent alors en contenir jusqu'à 20%) est en question : plusieurs études mettent en cause la responsabilité de l'aluminium dans la maladie d'Alzheimer. Ici encore, l'AFFSAPS, en novembre 2000, a conclu au passage sanguin à 100% de l'aluminium contenu dans ces produits, mais la peau des souris testée n'est sans doute pas transposable à l'homme, d'autre part, la peau des animaux avait été épilée, ce qui ne correspond pas non plus aux conditions physiologiques habituelles.

L'AFFSAPS avait conclu à l'époque qu'il n'y avait pas « d'éléments suffisants pour restreindre l'usage de l'aluminium dans les produits cosmétiques ». Alors, on peut dire aujourd'hui que s'il y a un certain nombre de soupçons qui peuvent peser sur ces produits, le moins que l'on puisse dire c'est qu'aucun d'entre eux n'a été véritablement confirmé.