rechercher dans le site



- Edito du Mois
- Anciens Editos

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Elles voulaient maigrir et...
imprimer cet article

Elles voulaient maigrir et...l'une d'elles en est morte! PREPARATIONS A BASE D'EXTRAITS THYROIDIENS : parce qu'elle voulait maigrir une femme est morte (tandis que d'autres ont été hospitalisées en réanimation) !

Vous ne le savez sans doute pas, la glande thyroïde, lorsqu'elle est malade, insuffisante ou paresseuse, peut très subrepticement augmenter votre poids. La grande insuffisance thyroïdienne ne peut pas passer inaperçue : fatigue extrême, prise de plusieurs kilos en l'espace de quelques semaines, grande dépression, chutes de cheveux, ralentissement intellectuel... autant de signes qui permettent d'évoquer le plus souvent le diagnostic. Ce tableau de grande insuffisance hormonale est rarement réalisé au contraire des insuffisances frustres, mineures, discrètes, qui, durant de longues années, vont vous miner, vous ralentir, vous faire prendre du poids. Et c'est un fait : nombreuses sont les femmes qui présentent une insuffisance de la glande thyroïde pendant de nombreux mois ou de nombreuses années sans même s'en douter.

Située à la base du cou, elle est parfaitement visible : devant le miroir, lorsque vous avalez, vous constatez une formation allongée d'une dizaine de centimètres qui monte et qui descend lors de la déglutition. Chez l'homme, elle est plus visible et située dans la région que l'on appelle la " pomme d'Adam ".

À quoi sert la glande thyroïde ?

Cette glande vient d'une multitude de regroupement de cellules que l'on appelle les thyréocytes ; ces cellules capturent littéralement l'iode qui circule dans notre sang et assurent la fabrication de deux hormones clés : la thyroxine, que nous désignons sur nos ordonnances sous le terme de T4, et la triodothyronine (la T3).

Les hormones thyroïdiennes exercent une action fondamentale sur la consommation d'oxygène des différents tissus et en particulier des muscles. Elles sont parmi les hormones clés de la régulation de notre fameux métabolisme de base qui, je vous le rappelle, brûle près de 70 % de nos dépenses énergétiques totales quotidiennes. Les hormones thyroïdiennes interfèrent aussi avec de nombreux autres métabolismes comme par exemple celui du cholestérol et même de celui du calcium : lorsque la thyroïde fonctionne trop (hyperthyroïdie), il est fréquent de constater une baisse considérable du cholestérol et une augmentation importante de la quantité de calcium dans le sang (calcémie). Au contraire, nous assistons très souvent à des hypercholestérolémies (à 3/3,5 g par litre par exemple) chez les hypothyroïdiens. Les hormones thyroïdiennes ont une action évidente sur le système nerveux : lorsque l'on manque d'hormones thyroïdiennes, on est complètement avachi, abruti, ralenti, déprimé. Au contraire, l'hyperthyroïdie est souvent accompagnée de nervosité extrême, d'agressivité, d'insomnies, de tension nerveuse extrême. Les hormones thyroïdiennes ont aussi un effet cardio-vasculaire essentiel : l'hyperthyroïdie s'accompagne souvent d'extrasystoles, voire même de troubles du rythme cardiaque qui peuvent être parfois si graves qu'ils conduisent tout droit au service de réanimation cardio-vasculaire.

Après le décès récent d'une femme qui absorbait des « gélules à base d'extraits thyroïdiens pour maigrir »,à la demande de Xavier Bertrand, ministre de la santé et des solidarités, le directeur général de l'Afssaps a interrogé la commission d'autorisation de mise sur le marché (AMM) et consulté les ordres professionnels, les organisations professionnelles concernées et les sociétés savantes sur l'intérêt thérapeutique de ces préparations. Il ressort de l'ensemble de ces consultations que l'utilisation de ces préparations n'est pas justifiée et qu'elle peut exposer les patients à des risques graves. En conséquence, le directeur général de l'Afssaps a pris une décision de police sanitaire qui interdit l'importation, la préparation, la prescription et la délivrance de préparations magistrales, officinales et hospitalières contenant de la poudre de thyroïde, des extraits de thyroïde, des hormones thyroïdiennes ou des dérivés d'hormones thyroïdiennes.   L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a demandé à la commission d'AMM de se prononcer sur le bien-fondé du maintien sur le marché des préparations à base d'extraits thyroïdiens.

En ce qui concerne la visée amaigrissante, la commission considère que le bénéfice apporté par des préparations à base de poudre, d'extraits, de dérivés ou d'hormones thyroïdiens n'est pas établi. De plus, elle souligne que l'autorisation de mise sur le marché des médicaments contenant ces principes actifs ne mentionne pas l'indication thérapeutique de la perte de poids.

En ce qui concerne les autres utilisations thérapeutiques, et notamment le traitement des cas d'insuffisance thyroïdienne, la commission d'AMM relève que la réalisation de préparations magistrales n'est pas justifiée. En effet, plusieurs spécialités médicamenteuses contenant des hormones thyroïdiennes, dont l'utilisation thérapeutique est validée et dont les présentations permettent de satisfaire l'ensemble des besoins, sont disponibles.

L'Afssaps a également consulté les ordres professionnels, les organisations professionnelles et les sociétés savantes concernées qui ont exprimé une position semblable à celle de la commission d'AMM (autorisation de mise sur le marché).

Dès retour de ces avis, le directeur général de l'Afssaps a pris une décision de police sanitaire qui interdit l'importation, la préparation, la prescription et la délivrance de préparations magistrales, officinales et hospitalières contenant de la poudre de thyroïde, des extraits de thyroïde, des hormones thyroïdiennes ou des dérivés d'hormones thyroïdiennes.

L'Afssaps rappelle que, comme pour les médicaments, les effets indésirables survenant lors de l'utilisation de préparations magistrales doivent obligatoirement être déclarés par les professionnels de santé à leur centre régional de pharmacovigilance.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom