rechercher dans le site



- Edito du Mois
- Anciens Editos

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

PRINTEMPS 2006 ET BONNES NOUVELLES
imprimer cet article

C'EST LE PRINTEMPS 2006 ET QUE DES BONNES NOUVELLES ! Que devenons-nous en cette année 2006 ?


Il faut dire que nos outils thérapeutiques ont pris un vieux coup depuis quelque temps : le traitement hormonal de la ménopause(THS), les progestatifs, les contraceptifs oraux déclarés cancérigènes… Mais qu'on se rassérène d'urgence ! Car pour le THS la réhabilitation est désormais en marche. Bien sûr, nous en sommes revenus aux années 90 pour ce qui est de son utilisation car la moitié des femmes a, bon gré mal gré, accepté de souffrir en silence. Les dégâts sont énormes, non seulement chez les femmes mais aussi chez leurs médecins et leurs autorités. Il faudra reconstruire, regagner la confiance perdue, ce sera long, des années sans doute. Les gynécologues, le fer de lance en ce domaine thérapeutique, ne cesseront de militer à nouveau et de faire avancer la science, de faire reculer les préjugés et empêcher les lobbyings de toute sorte de nous égarer de nous manipuler comme ce fut le cas depuis près de 4 ans. Que l'histoire du fiasco de la WHI (l'étude américaine de l'été 2002 qui mit le "feu aux poudres") nous serve et soit toujours à l'avenir présente dans nos esprits !

Car il y a aussi beaucoup d'espoir pour la tibolone, cette molécule originale qui fait au minimum aussi bien sur les symptômes que le traitement hormonal et qui nous livrera (fin 2007) les résultats de sa grande étude LIBERATE multicentrique randomisée double aveugle contre placebo: 2600 femmes ayant eu un cancer du sein auront alors pris soit de la tibolone soit un placebo pendant 5 ans. À ce jour l'étude ne montre pas d'événements graves puisque après déjà 4 ans de son début elle n'a pas été arrêtée comme aurait pu le faire le comité indépendant de surveillance de l'étude qui a émis son dernier avis de continuation en date du 17 mars 2006 : si la tibolone n'augmente vraiment pas le risque de récidives et de métastases… vous imaginez déjà les retombées !
Ah ! Car pour la prévention du cancer du sein chez les femmes à risque cela s'annonce sous les meilleurs auspices. L'étude STAR vient en effet de livrer le 17 avril ses premiers résultats. Cette étude compare la diminution du risque de développer un cancer du sein invasif chez 19147 femmes à risque de cancer du sein prenant soit du raloxifène (Evista®) (anti estrogéne utilisé actuellement dans la prévention de l'ostéoporose) soit du tamoxifène (anti estrogéne utilisé pour diminuer les récidives chez les femmes ayant eu un cancer du sein) pendant 5 ans (étude randomisée, placebo avec double aveugle sous l'égide du NCI (National Institutes Cancer aux USA). Les résultats préliminaires qui seront communiqués en juin prochain à l'ASCO à Atlanta sont enthousiasmants : à 5 ans on assiste à 50 % de diminution du risque de développer un cancer invasif chez les femmes raloxifène. Ceci devrait positionner dans l'avenir le raloxifène en première intention  dans cette indication. Le tamoxiféne qui fait aussi bien a cependant des effets indésirables (augmente le risque de cancer de l'utérus) qui le positionneront alors en deuxième intention. Le Pr E. Niederhuber du NCI ne mâche d'ailleurs pas ses mots: "… les résultats de la STAR représentent un pas significatif pour la prévention du cancer du sein", s'exclame-t-il. Enfin car la "libido perdue" des femmes en post ménopause n'est pas oubliée : vous nous faites parfois cette confidence en consultation: "Oui, merci docteur, votre traitement hormonal de ménopause m'a vraiment réussi, je n'ai plus de sécheresse vaginale ni suées nocturnes mais il y a quelque chose qui me désole, je n'ai vraiment plus envie de faire l'amour, ma libido est à 0, moi qui aimais tellement ça ! Mon compagnon s'inquiète et moi… je désespère !" Alors que les médecins anglo-saxons ont depuis fort longtemps une réponse  toute prête en prescrivant des hormones mâles à petites doses à cette plainte pour nous c'est à ce jour le désert thérapeutique. La mise à notre disposition prochaine, cette année, d'Intrinsa® patch de testostérone est donc une vraie innovation thérapeutique. C'est la première fois que la testostérone sera disponible pour les femmes dans notre pays avec une autorisation de mise sur le marché en bonne et due forme.
Allez c'est le printemps, laissons-nous envahir par la douceur de l'air et de ces bonnes nouvelles thérapeutiques à venir.
*N.B.: La tibolone (Livial®) représente cependant déjà une réponse éventuelle à cette plainte en raison d'un de ses métabolites qui se lie aux récepteurs des hormones mâles et de la progestérone.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom