rechercher dans le site



- Maladies et petits Bobos
- Préoccupations des Mamans
- Questions Accouchement
- Après l'Accouchement

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

QU’EST-CE QUE LE SPINA BIFIDA ?
imprimer cet article

C’est ce que l’on appelle une anomalie de fermeture de la colonne vertébrale du fœtus. Selon la hauteur et le degré de l’anomalie, il existe plusieurs formes de malformations. Certaines ne sont pas viables, en particulier lorsque l’anomalie porte sur le crâne.

D'autres sont difficilement viables et provoquent nombre d'infirmités, de paralysies lorsque la moelle épinière s'extériorise en dehors de la colonne vertébrale, en bas du dos. Enfin certaines sont mêmes méconnues, c'est ce que l'on appelle les « spina bifida occulta » : seule la présence d'une fossette ou d'une touffe de poil en bas du dos trahi la présence de cette anomalie. Dans tous les cas l'anomalie consiste dans le fait que l'architecture osseuse de la colonne vertébrale ou du crâne ne parvient pas suffisamment à  bien se souder pour permettre au crâne, à la moelle épinière, d'être maintenus prisonniers dans ses reliefs osseux traditionnels. 

EST-CE UNE ANOMALIE FREQUENTE ? 

Oui, l'extrapolation à la France entière des données recueillies par les registres régionaux français des malformations françaises permet d'estimer le nombre annuel d'embryons porteurs de spina bifida autour de 500. La généralisation du diagnostic échographique prénatal réduit à environ 100 le nombre des naissances d'enfants atteints (les 400 autres ne sont pas arrivés à terme soit après avortement thérapeutique, soit spontanément pour les formes les plus graves).


PEUT-ON PREVENIR CES ANOMALIES ?

Oui, c'est bien là qu'il est important que toutes les femmes enceintes soient au fait de l'information : la carence en acide folique (en vitamine B9) semble être déterminante quant à la genèse du spina bifida. Mais attention, c'est très précocement qu'il faut agir : dans les mois qui précèdent la grossesse et jusqu'aux premiers mois proprement dit de la grossesse.

Ensuite, il est trop tard, la formation de la colonne vertébrale est achevée. La dose de 0,4 mg de vitamine B9 est celle actuellement recommandée, soit sous forme de comprimés prescrits par votre médecin, soit apportée par votre alimentation.


DANS QUEL ALIMENT TROUVE-T-ON PRINCIPALEMENT DES FOLATES ? 

L'acide folique est la vitamine de la « multiplication des tissus ». Elle est très présente dans les bourgeons et toutes sortes de graines. Les aliments riches en folates sont les salades, les légumes verts, les levures vivantes, les moisissures de fromages fermentés ainsi que les foies de volailles. Le maïs, les céréales complètes, les œufs, les melons, les agrumes sont des aliments extrêmement intéressants.

Le jus d'orange constitue l'une des sources la plus efficace d'acide folique dans la mesure où la vitamine est puissamment protégée de l'oxydation par la vitamine C qui est contenue dans ce fruit. A titre d'exemple : un verre de jus d'orange apporte 72  microgrammes d'acide folique.

Mais attention l'acide folique est une vitamine très fragile et sensible à la chaleur : lorsque les aliments sont cuits, la vitamine B9 y est quasiment absente. Il faut bien savoir qu'une alimentation « normale » est capable d'apporter entre 200 et 300 microgrammes par jour d'acide folique. Le problème est que de nombreuses femmes n'ont pas ce que l'on pourrait appeler une alimentation « normale ».


Y-A-T-IL DES FEMMES QUE L'ON PEUT CONSIDERER COMME PARTICULIEREMENT A RISQUE ?  

Oui il est important de les dépister car chez elles la supplémentation  en acide folique doit être pratiquement décuplée par rapport à ce que l'on recommande chez les femmes n'ayant aucun facteur de risque. Sont considérées comme à risque :

  • celles qui ont déjà porté un enfant victime de spina bifida
  • celles qui prennent des médicaments diminuant la concentration d'acide folique dans le sang (certains médicaments anticonvulsivants ou encore utilisés dans les psychoses maniaco-dépressives)
  • celles qui, soit parce qu'elles s'astreignent à des régimes hypocaloriques extrêmement sévères et sont donc dénutries, soit tout simplement parce qu'elles n'ont pas les moyens de se nourrir convenablement n'absorbent pas assez de vitamines B9.
  • enfin, celles plus difficiles à identifier, qui présentent une anomalie génétique qui consiste en une anomalie d'une enzyme clé du métabolisme de l'acide folique. Cette anomalie gêne considérablement la disponibilité sanguine de la vitamine B9 pour celles qui en sont atteintes.

COMMENT DEPISTER LE SPINA BIFIDA LE PLUS TOT POSSIBLE ? 
 
80 % des spina bifida sont aujourd'hui dépistés par l'échographie et aboutissent la plupart du temps à ce que l'on appelle une interruption thérapeutique de grossesse.

L'échographie peut alerter dès la 12ème semaine pour les formes les plus graves. Et les malformations seront pratiquement toujours visibles à l'échographie dite de la 22ème semaine. Au pire, c'est à 32 semaines de grossesse que le diagnostic échographique pourra être « rattrapé ».

COMMENT EXPLIQUER ALORS QUE LES FEMMES ENCEINTES NE SOIENT PAS PLUS INFORMEES SUR LA PREVENTION DE CETTE ANOMALIE ?

Il est probable que c'est parce qu'en France l'incidence du spina bifida est beaucoup plus faible que dans d'autres pays. Par exemple, à Mexico, on compte 13,9 spina bifida pour 10 000 naissances, contre 5 pour 10 000 en France.

Cela dit en France, en août 2000, le Secrétariat de l'Etat à la Santé aux Handicapés a publié les conclusions d'un groupe d'experts réunis par la Direction Générale de la Santé soulignant que la prévention doit s'appuyer sur les professionnels de santé auxquels il est demandé :

  • d'insister auprès des femmes en âge de procréer sur la nécessité de consommer des aliments riches en folate,
  • de réaliser pour les « femmes à risque élevé » une supplémentation d'acide folique à la dose de 5 mg par jour dès qu'elles envisagent une grossesse.

PEUT-ON ESPERER, PAR UNE BONNE PREVENTION, VOIR DISPARAITRE TOTALEMENT LES CAS DE SPINA BIFIDA ?

Certainement pas, mais l'on peut espérer en diminuer d'au moins 75 % le nombre de cas, ce qui est énorme.

C'est aux médecins, aux journaux de Santé, au personnel paramédical de diffuser l'information. 500 grossesses concernées chaque année dans notre pays, c'est beaucoup trop au regard des mesures de prévention simples que je viens d'exposer plus haut.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom