rechercher dans le site



- Symptomes
- Examens
- Traitements

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

La ménopause : c'est quoi?
imprimer cet article

Comptez trois phases étalées dans le temps.

 Sous le terme général de « ménopause », on distingue trois périodes

assez différenciées : la préménopause, la périménopause et la ménopause

proprement dite. La préménopause se situe de la puberté à la périméno­pause, phase assez tourmentée (désorganisation du cycle, anarchie hor­monale) qui précède la ménopause. La post-ménopause représente toute la période qui suit l'arrêt des règles.

 

Périménopause : une impression de grand charivari!

 

Un beau matin vous vous décidez à aller consulter un gynécologue, parce que, vous qui étiez la régularité même, vous n'y comprenez plus rien. Vos règles sont devenues anarchiques (elles reviennent tous les quinze jours, quelquefois même au bout de dix jours!), elles sont trop longues (elles durent parfois quinze ou vingt jours). Certaines femmes constatent également que leurs règles disparaissent pendant trois ou six mois, pour revenir avec fréquence et durée variables.

 

Que signifie ce désordre?

 

Tout simplement que vous entrez dans cette période hautement tour­mentée qu'est la périménopause. Vous avez entre 45 et 50 ans? Deman­dez à votre mère à quel âge elle-même s'est trouvée confrontée à ces problèmes : l'hérédité joue souvent, dans ce cas précis.

Les ovaires viennent d'entrer dans une phase d'indiscipline totale vis-à-vis des ordres qui leur viennent du système hypophyse-hypothalamus. Indiscipline d'ailleurs tout à fait explicable, car rien ne peut plus en sortir d'impeccable : ils sont plus ou moins épuisés. Au gré de leur capacité de fonctionnement, ils donnent un peu d'estrogènes, puis s'arrêtent, puis recommencent. Les ovulations ne se faisant plus, il n'y a pas de progestérone. C'est donc en général les décharges isolées d'estro­génes, ou l'arrêt total de sécrétions estrogéniques pendant un temps qui peut s'étaler sur plusieurs semaines qui induisent cette anarchie totale des règles. L'absence de progestérone s'exprime évidemment selon les symptômes que nous connaissons bien : une sensation de gonflement, et une tension des seins plus ou moins douloureuse et parfois quelques bouffées de chaleur, tout à fait caractéristiques de la carence estrogénique, qui disparaissent spontanément dès qu'une nou­velle décharge d'estrogènes est à nouveau fabriquée.

Notons bien que les anomalies menstruelles, puis ces désagréments à base de gonflement, de ballonnements, de tension mammaire (auxquels s'ajoute parfois un oedème du visage et des bouffées de chaleur) sont les signes de la périménopause.

 

L'arrêt des règles depuis un an

 

En général, l'arrêt des règles fait suite à une période d'irrégularités menstruelles plus ou moins longue. Mais il arrive que l'absence de règles s'installe brutalement, sans préavis. Médicalement, une ménopause se voit confirmée lorsque les règles se sont arrêtées depuis un an.

 

Des règles qui reviennent

 

Il peut arriver qu'après une absence de règles qui a duré un an produise un retour de quelques règles. Cela n'a rien d'alarmant ni de pathologique. Toutefois, ces saignements a posteriori sont à surveiller. S'ils surviennent plus d'un an après une ménopause confirmée, ils ne doi­vent pas rester sans explication. Vous devez accepter de votre médecin qu'il déclenche les examens nécessaires : hystérographie, frot­tis, etc., afin d'effectuer toute la lumière sur le problème et de vous rassurer.