rechercher dans le site



- Symptomes
- Examens
- Traitements

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

PERIMENOPAUSE ET CONTRACEPTION
imprimer cet article


Le risque de grossesse - d'une manière générale - n'est écarté de façon absolue qu'en l'absence d'ovulation.


Or, à cette époque troublée qu'est la préménopause, des ovulations peuvent encore se produire. Disons que ces ovulations surprises, liées à des cycles de plus en plus irrégu­liers, font que les femmes ne savent plus très bien à quoi s'en tenir. Ce manque de repères, l'idée aussi qu'à cet âge cela n'arrive plus expliquent très bien ces grossesses tardives aussi inattendues qu'indésirées (la plu­part du temps). Ce n'est pas que l'organisme ne soit pas capable physio­logiquement de mener sa tâche à terme, mais on sait que ces grossesses tardives sont, plus que les autres, des grossesses à risque : les anomalies chromosomiques sont deux fois plus fréquentes chez l'enfant d'une femme âgée que chez celui d'une femme de 20 ans, ce qui revient à dire que 5 % de ces enfants sont anormaux (mongolisme notamment). Sans doute faut-il y songer. Songer aussi qu'à 50 ans une femme (qui est peut-être déjà grand-mère) n'a sans doute plus le temps ni l'envie d'élever un nou­vel enfant. Aussi sommes-nous partisans d'une contraception efficace à cet âge où l'on croit - à tort - être sortie de la procréation.


 

 

Quelle contraception adopter en périménopause ?

 


Elle doit, avant tout, être bien comprise : vous savez que - même en l'absence d'une vie sexuelle très intense - un risque de grossesse per­siste. Il vous faut donc savoir que l'âge ne constitue en rien une protec­tion suffisante, et que, logiquement, une contraception s'impose. Plusieurs méthodes s'offrent à vous.


 


• La pilule micro-dosée, sans estrogènes : c'est une méthode à mettre en oeuvre éventuellement, mais qui induit souvent elle-même des déséquilibres hormonaux. Elle peut donc, dans cette période troublée de périménopause, augmenter encore les troubles déjà présents.

• La pilule estro-progestative minidosée.

• Le stérilet reste, bien sûr, efficace. Toutefois, les irrégularités du cycle chez les femmes de cet âge font que le stérilet n'est pas une méthode très adéquate, en ce sens qu'un doute subsiste toujours sur l'origine de ces irrégularités. Est-ce le stérilet qui est en cause, la préménopause ou une grossesse? Disons que la présence du stérilet risque d'ajouter quel­ques désordres à la pagaille du moment, déjà bien suffisante.

• La ligature des trompes est évidemment un moyen de contracep­tion définitif, tout à fait envisageable. Mais il s'agit d'une intervention chi­rurgicale, et l'on comprend que cela apparaisse compliqué. Quant à la vasectomie (la ligature des canaux déférents chez l'homme), nous ne nous étendrons pas sur les résistances que cette méthode rencontre encore dans le public.

• Les spermicides, sous forme de tampons, crèmes, gels, ovules. En effet, la fécondité en périménopause est considérablement amoindrie. Le « créneau » de risque (5 % environ) que présente cette méthode devient également relatif. Les spermicides, si le couple s'en accommode évidem­ment, peuvent donc être à cette époque une très bonne contraception.


 

La pilule ? Oui, car en plus elle vous soigne !

 


Si vous vous posez la question de savoir si vous pouvez prendre -­ou accepter de prendre - la pilule entre 45 et 50 ans, sachez qu'elle constitue un excellent écran protecteur à tous les petits désagréments de la préménopause. Tout d'abord, elle régularise vos cycles, avec des règles programmées à vingt-huit jours pour les estro-progestatifs. Ensuite, elle masque les éventuelles bouffées de chaleur et les petits troubles du carac­tère dont vous auriez à souffrir : en effet, la composante estrogénique de ces pilules compense avec bénéfice la carence en estrogènes qu'accuse votre organisme à cette période. Enfin, elle vous libère totalement d'un risque de grossesse, ce qui, à cet âge, n'est pas une prévention super­flue. Vous serez protégée à 100 % avec les estro-progestatifs, à 98 ou 99 % si vous prenez la pilule microdosée à progestatif seul.


<< retour



conception site JPVA - Repèrecom