rechercher dans le site



- Maladies et petits Bobos
- Préoccupations des Mamans
- Questions Accouchement
- Après l'Accouchement

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Fausse couche
imprimer cet article


Faut-il laisser faire la nature ou traiter ? Tout dépend du terme. Avant 2 mois et demi, la question se pose sérieusement : faut-il essayer coûte que coûte de conserver un ceuf qui risque d'être porteur de graves anomalies ou laisser sagement faire la nature qui est peut-être en train d'expulser tout simplement un oeuf « raté » ?

La simple prudence médicale veut que dans ce cas - si la mère est d'accord - on se range à une attitude de non-intervention. On laisse la fausse couche se faire.

Après 2 mois et demi, le problème est différent, et il semble raison­nable de traiter avec des médicaments à base d'estrogènes et de proges­térone afin d'aider la femme à poursuivre sa grossesse. Il ne s'agit pas d`une attitude de « principe » mais, au contraire, d'opportunité médicale.


La béance du col

La béance du col est une cause reconnue d'avortement spontané. C'est donc une chose à prendre au sérieux : le col de l'utérus ne se referme plus suffisamment pour retenir efficacement l'oeuf à l'inté­rieur de la cavité utérine. Dans la plupart des cas, cette béance du col est une des conséquences regrettables d'un ou de plusieurs avortements provoqués. En effet, durant un avortement, on est obligé de provoquer la dilatation du col, et on utilise pour cela des instruments plus ou moins agressifs. Parfois, l'anneau musculaire qui ferme le col est définitivement lésé, privé à jamais de l'élasticité et de la tonicité nécessaires.

Il est donc très important d'en faire le diagnostic, principalement par hystérographie et de traiter avant que la grossesse ne soit menacée. Ce traitement est le cerclage du col. Il se fait vers le 3ème  mois de grossesse. À l'aide d'une petite anesthésie qui dure quelques minutes, le chirurgien obstétricien faufile un fil de nylon à travers le col, afin de le fermer en « coulissant » le fil comme on le ferait d'une bourse. Le fil est coupé juste avant l'accouchement, afin de permettre au col de s'ouvrir. Si le fil n'était pas coupé à temps, c'est le col qui serait littéralement sec­tionné sous la poussée des contractions.



<< retour



conception site JPVA - Repèrecom