rechercher dans le site



- Edito du Mois
- Anciens Editos

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

APHRODISIAQUES : REVE OU REALITE?
imprimer cet article


Nous autres, êtres humains – à vrai dire surtout les hommes - avons toujours espéré trouver quelques plantes, quelques drogues, quelques «potions magiques» susceptibles de réanimer notre ardeur.

Mais l'aphrodi­siaque idéal existerait-il ? Une molécule capable de raviver l'appétit sexuel, d'optimiser l'érec­tion et l'éjaculation sans qu'aucun effet secondaire ne vous soit présenté en guise d' « addition ».

Alors de la poudre cantharide d'Ara­bie au bon céleri de nos marchés, en passant par les huîtres, le poivre, le piment, la réglisse, l'anis ou l'ail, toutes les superstitions sont permises. Et toutes peuvent très bien avoir un merveilleux effet placebo !

Un peu de culture maintenant voulez vous?

Car aujourd'hui je me fais historien pour vous !

  • La Bible y faisait déjà référence en s'apitoyant sur l'ardeur perdue du roi David : « Le roi David était déjà très vieux. On le cou­vrait d'habits mais il ne se réchauffait pas. Ses servi­teurs lui déclarèrent : "Il vous faut une gouvernante, mon Seigneur Roi, une jeune fille vierge qui se tienne en votre présence ! Elle couchera sur votre sein et mon Seigneur le Roi sera réchauffé." On se mit donc en quête d'une belle jeune fille sur toute la terre d'Israël et on lui amena Abisag Sunamite. Abisag était extrê­mement belle et devint effectivement la gouvernante du roi, elle se mit toute à son service, mais... le roi ne la connut point. »

Si le roi David ne fut pas bouleversé par la belle Abisag, la plupart des hommes considèrent néanmoins -codes sociaux balayés- que l'un des  meilleurs aphrodisiaques connus à ce jour serait bien la ren­contre avec une femme possédant toutes les caracté­ristiques attractives spécifiques.

  • Et que penser du célèbre physiologiste fran­çais, Charles Brown-Séquard, qui annonça en chaire, le 1er juin de l'an de grâce 1889, à ses collègues de la Société de Biologie, qu'il venait de s'injecter une solution à base de testicules broyés de jeunes chiens qu'il avait choi­sis pour leur remarquable vigueur sexuelle. Nous dou­tons fortement aujourd'hui que la mixture de Brown-Séquard ait pu avoir quelque effet thérapeutique et même qu'il en fût lui-même persuadé. Il est plus probable que la jeune femme qu'il venait alors d'épouser (et qui l'avait conduit à faire une telle expérimentation sur lui-même) fut à l'origine de ses nouvelles perfor­mances.
  • En 1920, le docteur Steinac, un médecin allemand eut la vraiment lumineuse idée de conseiller à tous ses patients impuissants de se faire plier les canaux déférents. On sait que Sigmund Freud lui-même aurait subi une inter­vention de ce type !
  • Enfin le physiologiste français Serge Voronoff n'hésita pas à greffer des testicules de chimpanzé - jeune, comme il se doit - à un homme impuissant. Les résultats auraient dépassé toute attente et l'homme aurait même vu ses cheveux blancs redevenir noirs !

 

Ainsi l'enjeu fut capable de faire « tourner la tête » des plus prestigieux savants d'une époque pas si éloi­gnée.

Alors que les femmes sont traditionnellement attirées par la fontaine de Jouvence car séduire, être attractive au sens "Sex Appeal" du terme fait bien partie des règles du jeu essentielles de leur code sexuel, les hommes, eux, ont fait leur choix : d'accord pour être ridé, chauve et vieillissant, à condition de garder ou de retrouver l'érection de ses 20 ans car sans elle, la sexualité nenni !

Chez Monsieur les médicaments de l'érection sont tout de même venus à point pour nos générations du "toujours plus" et le THM avec ou sans androgènes ajoutés solutionne bien des soucis chez Madame. A la traîne pourtant le THM de l'homme faute de résultats suffisamment rassurants pour la prostate.

 

Bon, on est loin de l'aphrodisiaque "idéal" mais on avance.....

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom