rechercher dans le site



- Edito du Mois
- Anciens Editos

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Les GPA :vous êtes pour ou contre ?
imprimer cet article


Vous souvenez-vous du Dr SACHA GELLER, ce médecin Marseillais génial et surdoué ? Il s‘était farouchement battu dans les années 80 pour que soit légalisé le principe des « mères porteuses » : celles ci devaient « livrer » le bébé au couple après l’avoir « porté » neuf mois. GELLER se battait pour la « procréation pour autrui" : ici c’est la femme qui porte après avoir été inséminée par le sperme du couple demandeur .

Elle donne son ovocyte et donc aussi 50% du patrimoine génétique de l'enfant. GELLER « agitateur d'idées créatrices » n'en était certes pas à sa première polémique, lui qui avait organisé les banques de sperme du CEFER : un concurrent des CECOS qui … rémunérait les donneurs. Résultat : plusieurs mois d'attente aux CECOS contre quelques semaines au CEFER.

Sacha GELLER fut conspué, dénigré, condamné au silence par les différentes autorités de l'époque. Quant à moi je l'avoue que je ne le soutins pas vraiment ce qui revenait, soyons clairs, à le « lâcher », comme tous les collègues de l'époque. Je regrette aujourd'hui de ne pas avoir compris qu'il avait raison, sans doute comme souvent beaucoup trop tôt.

Exit donc Sach GELLER donc et avec lui l'idée avant-gardiste de vouloir légaliser les « porteuses « en leur reconnaissant le droit à quelques rémunérations de dédommagement.

Le temps passe et bientôt 30 ans après, voici revenir en 2009 au débat social les GPA : traduisez les Gestations Pour Autrui. La  très prochaine révision de la loi de bioéthique doit décider ici de ce qui est légal ou non. Cette fois ci, Fécondation in Vitro oblige, on va bien plus loin que les « porteuses » : une femme prête ici véritablement son utérus à l'embryon conçu in vitro du couple stérile dont la femme n'a pas ou plus d'utérus.

Autant vous dire que les Français sont pour. Globalement 61% d'entre eux y sont favorables : 87% si c'est pour un couple hétérosexuel, 62% s'il s'agit de célibataires et … seulement,  mais tout de même, 55% si c'est pour un couple homosexuel(*).

Quelle est mon opinion ? Je suis « pour », car si les arguments « contre » sont pour certains évidents, ceux « pour » l'emportent de loin, à mon avis :

Les arguments « Contre »

·         La commercialisation du corps humain

·         L'asservissement du corps féminin

·         Les dérives possibles de la GPA (femmes « paresseuses », « occupées »,  et faisant faire leurs enfants…)

·         La désacralisation de la maternité

·         Les risques psy pour le couple receveur, pour la fratrie

·         La santé psychique et physique de la mère et enfant à naître

Les arguments « pour » :

·         La souffrance indicible des couples confrontés à la détresse de l'infécondité, à l'humiliation et au désarroi de devoir aller chercher « ailleurs »  des solutions

·         Les résultats de la GPA en termes de réussite médicale : ils sont bons dans l'ensemble

·         L'impossibilité physique d'une grossesse (pathologies contre indiquant la grossesse)

·         L'injustice ressentie au regard des autres causes d'infécondité de plus en plus curables

·         L'impossibilité de proposer une autre solution médicale

·         Les difficultés notoires à l'adoption

·         La GPA permet une filiation à 100% génétique du couple

·         Les dérives de GPA à l'étranger ou les lois sont plus permissives avec la discrimination des moyens financiers alors nécessaires

·         Les difficultés au retour en France quant à la légalisation e la naissance

Alors quelle est mon opinion ? Je suis « pour les GPA » légalement bien encadrées, car si les arguments « contre » sont pour certains évidents, ceux « pour » l'emportent de loin, à mon avis.

Et vous quel est le votre ?

*sondage réalisé par Ipsos pour le magazine Top Santé et France 5 et communiqué en février 2009

L'Académie nationale de médecine elle, vient de se déclarer « Contre » le 10 Mars 2009 :

·          …. « consciente de l'importance du désir d'enfants de certains couples frappés par une infertilité d'origine utérine d'autant que les autres causes de stérilité ont trouvé une solution grâce au secours des techniques d'AMP,

·          considère qu'au titre de sa mission médicale elle ne peut être favorable à la GPA.

·          tient à souligner que la démarche de la GPA se situe sur un terrain totalement différent. Par la nature des problèmes qu'elle soulève, la GPA interpelle avant tout la Société et relève de la décision du législateur.

·          considère que, tout à fait consciente de sa responsabilité médicale, il lui appartient d'apporter tous les éléments concernant les complications que pourrait entraîner une éventuelle reconnaissance législative, complications et situations complexes contre lesquelles elle met en garde. »






<< retour



conception site JPVA - Repèrecom