rechercher dans le site



- Symptomes
- Examens
- Traitements

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Prendre des hormones, pourquoi pas?
imprimer cet article

On est à peu près sûr maintenant que les estrogènes et la progesté­rone déterminent pour une part l'état de notre moral.

Cette influence hormonale a d'ailleurs été mise en évidence par de nombreuses expériences ; par exemple, lorsqu'on administre des hormones femelles (estrogènes) à un animal mâle, on obtient une totale déconnexion de son agressivité. On sait également que lors de la vie intrafoetale, dans le ventre de la mère, c'est l'inondation de l'organisme du foetus par des hormones mâles ou au contraire par des hormones femelles qui caractérise le développement (dans le sens femelle ou dans le sens mâle) de l'hypothalamus. De même, nous avons tous constaté (et les femmes le sentent très bien elles-mêmes) combien le caractère peut changer selon que l'on se trouve en début ou en fin de cycle, et l'on sait combien bénéfique peut être l'administration d'estrogènes sur ces manifestations mentales. Ainsi, il est certain que le tonus, la volonté et le bonheur de vivre sont en partie fonction de l'administration d'estrogènes chez beaucoup de femmes ménopausées.


Comment agissent ces estrogènes ?


Certainement au niveau des récepteurs hypothalamiques, en modifiant les informations enregistrées. On sait en effet que tout ce qui se passe d'affectif ou d'émotionnel en nous est « traité » par l'hypothalamus, puis redistribué sous la forme d'un vécu plus ou moins supportable. C'est sur ce traitement de l'information que les estrogènes exercent leur influence « optimisante ». Influence qui peut d'ailleurs s'exercer spontanément : ce qui explique que certaines femmes ménopausées n'ont jamais de troubles psychiques, et qu'elles continuent à déployer un optimisme et un tonus que bien des jeunes pourraient leur envier. Il est à parier que, chez ces « privilégiées de l'âge », la carence estrogénique n'a pas été importante au point de provoquer des troubles de caractère, surtout s'il s'agit de femmes équilibrées, qui acceptent leur âge et la nouvelle image d'elles-mêmes. Car, en matière de rééquilibrage moral, nous ne dirons jamais assez combien peut être grande l'influence de votre propre idée de la ménopause!



<< retour



conception site JPVA - Repèrecom