rechercher dans le site



- Symptomes
- Examens
- Traitements

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Critique de mon dernier livre
imprimer cet article


Publié le 28/05/2009 à 10:34 Le Point.fr LIVRE La sexualité des enfants du baby-boom Par Anne Jeanblanc © Walter Lockwood/Corbis



       
 Faire durer le plaisir est le titre du dernier livre du docteur David Elia. Ce gynécologue, qui exerce depuis la fin des années 1970, est bien connu et très médiatisé. Il est l'auteur d'une quarantaine de livres. Parfaitement conscient que sa clientèle, elle aussi, avance en âge, il a d'abord expliqué aux femmes Comment rester jeune après 40 ans, puis a écrit Le Bonheur à cinquante ans, et aujourd'hui, il s'intéresse aux personnes nées entre 1946 et 1975, génération du baby-boom. Des sexagénaires le plus souvent en pleine forme, qui ont une soif inassouvie de plaisirs, de découvertes et de voyages.

Mais qu'en est-il de leur sexualité ? C'est la question que pose ce spécialiste qui, selon la présentation de son ouvrage, fait partie de "cette génération encore très active sexuellement et qui parachève sa révolution sexuelle". Le spécialiste sait, pourtant, que l'augmentation de "l'espérance de vie sexuelle" n'exclut pas des incidents de parcours, qu'ils soient d'ordre mécanique, liés à la perte de libido ou au vieillissement. Il décrit donc les symptômes les plus fréquents et les traitements, en expliquant qu'il existe des solutions à la plupart des problèmes de cet ordre.

Pour David Elia, l'andropause n'est pas un mythe. La production de testostérone du baby-boomer peut diminuer de 50 %, voire de 70 %, par rapport à celle d'un homme jeune. Mais ce phénomène n'est pas inéluctable. Selon les études, moins de la moitié - voire 10 % seulement - des hommes connaissent ce phénomène. Et l'âge moyen de l'andropause s'étale sur une période assez floue, qui débuterait vers 40 à 50 ans pour atteindre des âges avancés, 65 à 70 ans, voire plus. Rien à voir donc avec le couperet de la ménopause, même si l'andropause entraîne elle aussi une baisse progressive de la libido, accompagnée parfois d'une prise de poids, d'un manque d'énergie et d'un coup de déprime.


" Faire durer le plaisir ", David Elia éditions Grasset, 318 pages, 19 euros
 

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom