rechercher dans le site



- Les Nouveautés
- Pilules
- Stérilet
- Autres contraceptions
- Anneau vaginal

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

L'avenir de la contraception???
imprimer cet article

Que nous promet l'avenir ? Les méthodes d'avenir sont, semble-t-il, fondées sur la découverte de moyens spermicides efficaces à 100 % in vivo, et sur l'expérimentation (un peu partout dans le monde, mais surtout aux Indes) d'un vaccin contraceptif.

Sur quel principe biologique reposera ce
vaccin ? Tout simplement sur les substances
que sécrète le placenta (les gonadotrophines
chorioniques) dès les premiers moments d'une
grossesse. C'est leur présence dans les urines
ou le sang qui indique si vous êtes enceinte ou
non. Le vaccin expérimenté actuellement est
un vaccin antigonadotrophines. Il consiste en
une injection intramusculaire annuelle d'une
substance susceptible de faire fabriquer par
Contraception
Tél. : 01.42.27.16.87 ou 01.42.27.71.16 - www.docteurdavidelia.com 9/10
l'organisme féminin des anticorps
antigonadotrophines à leur tour capables de
détruire l'oeuf fécondé si celui-ci venait à
s'implanter dans la muqueuse utérine.
Cette méthode est évidemment extrêmement
séduisante : elle serait dénuée de tout effet
secondaire ; la femme serait protégée pour un
an, et la piqûre pourrait être faite par un
personnel paramédical. Les incertitudes qu'elle
peut susciter sont d'un autre ordre : en effet,
on peut craindre que les anticorps, dirigés, en
principe, vers les gonadotrophines, ne se
dirigent aussi vers les hormones voisines qui
influent sur le fonctionnement de la thyroïde,
ou vers la surrénale par exemple. Rien ne
permet de l'affirmer bien sûr, mais les
expérimentations ne sont pas encore assez
avancées pour que le doute soit levé sur cet
éventuel danger. Le second point préoccupant
est qu'on ne sait pas, en l'état actuel des
expérimentations, si cette méthode est
vraiment réversible chez toutes les femmes, ou
bien si elle entraînera un quota de femmes qui
resteront stériles à jamais : il serait possible en
effet que les anticorps ne disparaissent pas,
même au bout d'un an, et qu'ils interdisent -
sans qu'on l'ait voulu - tout espoir de
grossesse future.
On le voit, le vaccin antigonadotrophines ne
réalise pas encore toutes les qualités requises
pour qu'il puisse être considéré comme une
méthode contraceptive acceptable.
D'autres techniques sont en développement
mais aucune n'émerge vraiment en cette fin
d'année 2009.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom