rechercher dans le site



- Symptomes
- Examens
- Traitements

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

À quel âge survient la ménopause ?
imprimer cet article

Médicalement, la ménopause se caractérise par l'arrêt normal des règles, phénomène qui survient entre 48 et 55 ans en moyenne, la majo¬rité des cas se situant autour de 52 ans. Il n'existe pas de corrélation entre l'âge de la puberté et celui de la ménopause, qui semble plutôt lié à des facteurs héréditaires.

Par contre, on a pu noter, statistiquement, que la ménopause était avancée : chez les femmes ayant un niveau d'instruction supérieur ; celles qui bénéficiaient d'un environnement culturel riche (en milieu urbain notamment) - celles qui avaient un travail à l'extérieur.
La pilule, quant à elle, semble retarder quelque peu l'âge de la méno¬pause (âge moyen sans contraception : 49,8 ans; avec contraception 50,8 ans) ; le statut social (mariée ou célibataire) ne semblant avoir aucune influence.
Une ménopause qui survient avant 40 ans n'est pas anormale, mais elle doit être considérée comme précoce. C'est un phénomène patholo¬gique qui s'observe chez 6 % des femmes environ.
Ménopause : l'arrêt du fonctionnement ovarien.

L'arrêt des règles signifie que la chaîne de fonctionnement hypothalamo-hypophyso-ovarienne s'est arrêtée. Il n'aurait pas été illogique de penser que c'était l'hypothalamus qui cessait d'envoyer ses ordres - par l'intermédiaire de l'hypophyse - aux ovaires, et que ceux-ci finissaient par s'endormir, faute de sollicitation. Eh bien, ce n'est pas le cas : ce sont les ovaires qui sont responsables de la ménopause, puisque ce sont eux qui, un beau jour, décident de ne plus répondre aux ordres de l'hypothalamus. Cette indiscipline des ovaires entraîne d'abord des cycles capricieux, anarchiques, jusqu'au jour où ils cessent complè¬tement leur fonction d'ovaires, mettant un terme définitif au phénomène menstruel. L'arrêt du fonctionnement ovarien n'empêche pas l'hypothalamus et l'hypophyse d'envoyer leurs ordres à ces ovaires silencieux. C'est d'ail¬leurs visible dans le sang, ou les FSH et la LH se trouvent dosables en quantité souvent doublée, triplée ou quadruplée. Notons que l'on extrait des urines particulièrement riches des femmes ménopausées : ces FSH et LH, qui servent à stimuler les ovaires des femmes stériles.
Et la possibilité d'un nouvel «art» de vivre :

L'arrêt du fonctionnement ovarien marque la fin de la fonction de reproduction, puisqu'il n'y a plus d'ovules pondus. Il est certain que toute possibilité d'être enceinte disparaît. Mais ce nouvel âge de la femme se caractérise aussi par le tarissement des hormones sexuelles femelles, estro¬gènes et progestérone. Tout « l'art » d'une ménopause bien vécue consiste, justement, à rééquilibrer ces fonctions vitales. Ceci est possible aujourd'hui puisque l'on arrive à parer la carence estro-progestative et à en suppri¬mer presque totalement les effets.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom