rechercher dans le site



- Symptomes
- Examens
- Traitements

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

QUARANTE-CINQUANTE ANS:LE BONHEUR!
imprimer cet article

Au début du siècle, l'espérance de vie n'excédait pas en moyenne 50 ans ; aussi n'est-il pas étonnant que la cin¬quantaine soit toujours perçue comme un cap fatidique, une échéance douloureuse, le « début de la fin ».

L'âge de 40 à 50 ans marque la moitié du chemin : vous avez encore 20 ou 30 années à vivre la tête haute et pleine, le corps alerte, le coeur solide ! Plutôt que de vous déses¬pérer en pensant à vos anciennes performances, apprenez à conquérir un nouveau corps, un nouveau style de vie, une nouvelle joie de vivre. La médecine, aujoud'hui capable d'apporter la longévité et une défense accrue contre les maladies, offre toutes les garanties nécessaires pour vivre ces années heureuse et sereine. Cependant, l'hormonothérapie, si efficace soit-elle, n'en est pas moins insuffisante pour vous permettre d'acquérir cette « pêche » tant souhaitée. Alors, si ce n'est déjà fait, laissez-vous séduire par ce nouvel art de vivre, qui vous permettra d'aller loin, « bien dans votre tête, bien dans votre peau».

UN PROJET URGENT : L'ACTIVITÉ PHYSIQUE

Nombre d'entre vous se plaignent de formes alourdies, de bedaine prospère, de bras ayant perdu leur galbe, de seins tombants, de dos en arbre de Noël, de jambes flasques... Ah ! Vous êtes sévères avec vous-mêmes ! Et, déprimées mais résignées, vous assistez à la lente trans¬formation de votre corps. « C'est l'âge, on n'y peut rien. » Non ! Vous pouvez beaucoup ! Bougez, sautez, marchez, courez, transpirez, faites battre votre coeur, ne vous liqué¬fiez plus sur place. Vous invoquez souvent le manque de temps, de place, des douleurs dans le dos - autant d'excuses pour vous dispenser de ce genre d'activités. Pourtant, l'ennui d'un jogging est largement compensé par la sensation de bien-être, de plénitude qu'il procure.
Inscrivez-vous dans une salle de sport, où l'on vous proposera, selon les cas, la piscine, la gymnastique douce (stretching, yoga), intensive (aérobic, danse, modern ¬jazz ... ) ou des séances de musculation adaptées à votre problème : le dos, l'abdomen, les fesses, les cuisses... Cer¬taines salles bénéficient d'un hammam, d'un service de massages, toutes activités qui, utilisées à bon escient, vous apporteront bien-être et tonus.
Vous n'avez pas le temps ? Il n'y a pas d'installations sportives près de votre domicile ? Alors, procurez-vous une bande vidéo style Work Out de Jane Fonda ou des cassettes pour votre magnétophone. Achetez-en plusieurs afin d'éviter la monotonie. Un vélo d'appartement ne représente pas une dépense exorbitante et, je vous l'assure, il est toujours possible de trouver 20 minutes pour effec¬tuer cet exercice, par exemple, le soir devant la télévision. Le jogging aussi possède de nombreux adeptes. Pratiqué régulièrement, il fait maigrir et engendre, une fois l'effort accompli, une profonde satisfaction.
A la question : « Faites-vous du sport ? », vous répondez  parfois : « Oui ; dix jours de ski à Noël et un peu de nage au mois d'août. » Ce n'est pas du sport, il faut « bouger son corps » quotidiennement. Toute activité phy¬sique - tennis, squash, golf... - doit être exercée au mini¬mum 20 à 30 minutes par jour.
Pourquoi un si long plaidoyer ? Sportif sur le tard, je peux, aujourd'hui, mesurer très précisément ses bienfaits sur mon corps, mon fonctionnement cérébral et mon humeur générale. Savez-vous que l'on devient « accro » au sport ? Lorsqu'on y a goûté, on ne peut plus s'en passer. Mais quelle bonne drogue !
Inscrivez donc, si ce n'est déjà fait, le sport au pro¬gramme de vos prochaines journées, vous en tirerez de nombreux avantages.
• Il remodèlera votre corps. Cessez de courir les insti¬tuts, plus ou moins sérieux, qui vous promettent traite¬ments anticellulitique ou techniques miracles de raffer¬missement contre... espèces sonnantes et trébuchantes ! Vos fesses sont trop rebondies; vos cuisses vous déplaisent? Remusclez-les. Les muscles situés sous la couche graisseuse, se tonifiant, se durcissant, vous redon¬neront le galbe tant souhaité. La cellulite, même si elle ne disparaît pas, ne sera plus visible - ou beaucoup moins. Faites des abdominaux pour muscler votre ventre; maigrissez aussi. Le galbe de vos seins n'est plus le même? Devenez fidèle à la musculation des pectoraux, qui, bien sûr, ne modifiera pas le volume de la glande mammaire mais assurera une assise pleine et dure à votre poitrine. Tous les muscles peuvent se « resculpter ». Si vous interrogez les hommes ou les femmes qui ne font pas leur âge, vous apprendrez le plus souvent qu'ils pra¬tiquent régulièrement une activité sportive.
• Les maladies cardiovasculaires constituent un véri¬table fléau, responsable de nombreux décès (infarctus du myocarde, hémorragies cérébrales...). L'activité sportive régulière limite ces risques; elle entretient un coeur en bon état de marche, irrigué par des coronaires saines. L'hypertension artérielle modérée peut aussi y trouver une thérapeutique tout à fait bénéfique. Elle semble empêcher un certain nombre d'individus de devenir hypertendus alors que c'était là leur tendance naturelle. Le fait de « bouger son corps » régulièrement a une action très favorable sur le taux des graisses sanguines : le « mauvais » cholestérol baisse, alors que le « bon » aug¬mente. Or, le mauvais cholestérol et l'hypertension arté¬rielle constituent les plus grands ennemis de nos artères. Ainsi, le sport représente une arme anti-maladies cardio¬vasculaires très importante ; il serait dommage de la négli¬ger. Mais, attention ! Si vous êtes profane, vous devez commencer en douceur. Ne vous jetez pas à corps perdu et sans entraînement dans une activité physique intense. Soyez raisonnable; progressez lentement mais régulière¬ment. Apprenez à connaître votre corps, nouez avec lui un pacte d'amitié et de respect; il vous le rendra au centuple !
• Le sport prévient l'ostéoporose - décalcification intensive du squelette - qui survient surtout chez les femmes ménopausées n'ayant suivi aucun traitement hor¬monal substitutif. Les hommes en sont atteints, mais rare¬ment et beaucoup plus tardivement. L'ostéoporose est une véritable calamité. Elle s'installe insidieusement et, sans manifester le moindre symptôme, fragilise le squelette. Lorsque les os sont vidés de leur substance « dure », appa¬raissent des tassements vertébraux, puis, ultérieurement, les classiques fractures du poignet et, surtout, du col du fémur - si tristement célèbres. L'activité physique prati¬quée jour après jour, année après année, constitue un extraordinaire antidote à l'ostéoporose.
• Euphorie, plénitude, tranquillité..., les mots ne manquent pas pour décrire les sensations éprouvées après avoir bougé, transpiré, fait battre son coeur. On sait main¬tenant que le bien-être éprouvé résulte d'un processus hormonal fort complexe : des substances naturelles, les endorphines, fabriquées dans notre cerveau, se fixent, lorsqu'elles sont sécrétées, sur des récepteurs à endor¬phines. Dès lors, la réaction est immédiate : sérénité, euphorie, bien-être. L'exercice physique provoque donc toute une chaîne de réactions enzymatiques tendant à la sécrétion et à la libération cérébrale des endorphines. Ces substances ne sont pas sans quelque analogie moléculaire et chimique avec la morphine. On pense, d'ailleurs, que la morphine agit par fixation sur les récepteurs à endor¬phine. Mais les endorphines, à la différence de la mor¬phine - vous l'aurez noté -, ne provoquent jamais d'over¬doses ni de dégradation physique ou intellectuelle ! A la lumière de cette théorie, on comprend mieux que, après avoir goûté au bien-être apporté par ses propres endor¬phines, on ne cherche plus qu'à les stimuler ! Le sport agit donc comme un véritable anxiolytique naturel, un anti¬dépresseur physiologique, un anti-fatigue stupéfiant.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom