rechercher dans le site



- Symptomes
- Examens
- Traitements

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

L'insomnie
imprimer cet article

Les faits Vous êtes nombreuses à vous plaindre dans ce moment de votre vie de perte du sommeil."Moi qui dormais comme un bébé !..."

Ce sont des difficultés d'endormissement, mais aussi des réveils nombreux en pleine nuit ou au petit matin. Cette diminution importante de la qualité de votre sommeil vous désole en même temps qu'elle vous épuise. Pendant ces insomnies, vous ruminez toutes sortes d'idées négatives. Vous êtes 63% à souffrir d'insomnie en période de ménopause.
Les causes
Bouffées de chaleur et transpirations réveillent nombre d'entre vous. Des salves d'extrasystole (palpitations cardiaques accompagnant ou non les bouffées de chaleur) peuvent ajouter encore à l'angoisse de ces réveils insolites. Le fait de se réveiller « trempée » vous oblige à vous lever, à vous changer, voire à rechercher un peu de fraîcheur, tous éléments qui vous éloignent un peu plus du ré- endormissement.
Nous pensons que la qualité du sommeil peut être directement influencée par la quantité d'estrogènes présente dans votre sang. La ménopause est parfois aussi le moment d'une crise existentielle où s'entremêlent tracas divers, préoccupations de tous ordres, inquiétudes pour l'avenir, interrogations conjugales... que l'on ressasse à l'infini pendant ces moments volés à la nuit.
Les traitements
La plupart des causes de cette dégradation du sommeil sont soulagées par l'administration d'hormones estrogènes sous quelque forme que ce soit (comprimés, gel ou timbre). En une semaine - si la posologie d'estrogènes est suffisante - la qualité du sommeil redevient ce qu'elle était avant la ménopause. C'est le traitement de choix, celui qu'il faut savoir utiliser avant les autres moyens à votre disposition.
Les médicaments anxiolytiques, les somnifères, peuvent bien évidemment être utilisés. II s'agit là, pour les femmes dont le sommeil a toujours été excellent jusqu'à la ménopause, de moyens d'attente éventuellement mis en route en attendant le THS (traitement hormonal substitutif de la ménopause).
La relaxation, le sport, le yoga, voire l'homéopathie, l'acupunc¬ture... peuvent rendre aussi de bons services dans ce domaine.
Ne vous laissez pas piéger par la fatigue engendrée par l'insomnie. Sachez qu'un traitement ostrogénique peut vous redonner votre sommeil d'antan en l'espace de quelques jours.
Mais attention ! Vous ne devez rien attendre du THS si vous êtes insomniaque depuis de très longues années en dehors de tout contexte de désordre hormonal.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom