rechercher dans le site



- Maladies et petits Bobos
- Préoccupations des Mamans
- Questions Accouchement
- Après l'Accouchement

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

MANGER :CHASSE AUX IDEES RECUES
imprimer cet article


Un doute au moment de passer à table ? Pour démêler le vrai du faux, on peut suivre les conseils version 80’s de notre mère, ceux de maman comblée sur les forums…ou faire confiance aux spécialistes.

On peut manger comme 2 ?

L'équation maman + bébé = 2 personnes ne fonctionne pas en nutrition : Au cours des trois premiers mois nous n'avons besoin que de 150Kcal de plus par jour soit l'équivalent d'un biscuit au chocolat !. Au cours du 2ème et 3ème trimestre, le bébé est à peine plus gourmand et 350Kcal supplémentaires suffisent à son bon développement. A condition d'avoir une alimentation variée et équilibrée.

Un petit supplément ça ne fait pas de mal ?

Mais ça ne sert à rien lorsqu'on mange équilibré. Rappelons au passage que l'efficacité des compléments alimentaires pendant la grossesse n'a jamais été prouvée et leur innocuité non plus d'ailleurs. Mieux vaut donc s'abstenir. Seule exception : le fer. Nos besoins augmentent au cours des 6 derniers mois de gestation et une carence peut causer une naissance prématurée.

Le steak saignant c'est niet ?

Il peut renfermer un parasite, la toxoplasmose qui entraine des lésions du système nerveux central du fœtus. Heureusement la plupart d'entre nous l'ont déjà eu sans s'en rendre compte et sont immunisées à vie. Pour les autres, il faut mettre les bouchées doubles côté prévention et ne consommer que de la viande cuite à cœur et des légumes bien lavés sur lesquels il ne reste plus de terre. En cas de doute, au resto par exemple, on se rabat sur un bon plat de pâtes.

Végétarisme et grossesse sont incompatibles ?

Pas forcément, mais il faut surveiller de près son taux de fer et ses apports en protéines. L'aliment dont on ne peut pas se passer : le blanc d'œuf qui renferme les huit acides aminés essentiels à l'organisme. Les végétaliennes, elles, n'ont pas le choix et devront renoncer à leurs convictions pendant 9 mois et revenir à une alimentation plus « classique ».

Mes pulsions sont guidées par le bébé ?

Exit le cliché des fraises à la chantilly à 3h du mat', en général nos envies vont plutôt vers le chocolat, la viande ou le poisson. Parfois cela répond à un vrai besoin physiologique du bébé mais il faut aussi savoir reconnaître un caprice. Alors on réfléchit à deux fois avant de craquer sur le pot de Nutella. Les kilos pris inutilement peuvent compliquer la grossesse …et sont difficiles à reperdre. 

Bye bye sushis, tartares et crustacés ?

Même si le risque d'attraper une salmonelle ou la listeria est faible il est néanmoins réel et peut avoir des conséquences catastrophiques pour le bébé. On ne fait donc aucune concession sur le cru et on résiste à l'appel des huîtres de Noël et autres fruits de mer. Il faut aussi se méfier des produits qui cachent bien leur jeu : foie gras, rillettes, pâté, poissons fumés ou tarama. 

Le fromage peut être dangereux ?

C'est vrai lorsqu'il est au lait cru qu'il soit de vache, de chèvre ou de brebis. Par contre aucun risque de rencontrer la listeria dans les produits pasteurisés. En cas de doute sur l'origine du fromage qui est dans notre assiette, on passe directement au dessert.

Il faut éviter thé et café ?

Pas forcément mais il faut y aller mollo sur les quantités et se limiter à deux tasses de l'un ou de l'autre par jour. Idem pour les boissons au cola riches en caféine qui augmente le risque de fausse couche. Bon à savoir : il ne faut jamais prendre le thé au moment des repas car celui-ci bloque l'absorption du fer indispensable pendant la grosses. 

L'alcool, c'est tolérance zéro ?

C'est la fin d'un dogme. Tous nos experts s'accordent pour dire qu'une coupe de champagne ou un petit verre de vin de temps en temps à partir du troisième mois de grossesse ne présente pas beaucoup de risque. La consommation doit rester exceptionnelle et limitée.

On garde un œil sur :

Le soja : il renferme des phystostérols qui peuvent perturber nos hormones et celles du bébé. A consommer avec modération.

Le calcium : les besoins sont plus importants pendant la grossesse. 3 produits laitiers par jour c'est un minimum.

Les édulcorants : même s'ils ne sont à priori pas dangereux mieux vaut éviter de surconsommer des produits lights dans l'espoir de ne pas prendre trop de poids.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom