rechercher dans le site



- Edito du Mois
- Anciens Editos

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

IN -CON-SO-LA-BLE!
imprimer cet article

IN-CON-SO-LA-BLE! Oui, je suis inconsolable !

Je ne m'en remets pas et régulièrement j'enrage tout seul ! Une véritable catastrophe –et je pèse mes mots- pour les femmes, nos patientes.
Ne m'en veuillez pas si je reviens sur ce qui est arrivé au THS. Cela fait bientôt 10 ans et la situation semble définitivement gelée.
Je sais, je devrais me résigner mais que voulez-vous ce n'est pas dans ma nature.
Elles sont maintenant moins de 700 000 françaises à suivre ces traitements avec parfois la peur au ventre : un « pacte avec le diable », voici ce que certaines vivent, persuadées que ce traitement va les mener tout droit au cancer du sein tant redouté. Quant aux autres elles subissent ; qui les nuits difficiles, qui « la sexualité c'est fini », qui encore la déprime et les arthralgies qui vous convainquent rapidement que vous avez désormais 100 ans.
Nous avions pourtant  là un traitement dont les bénéfices étaient très largement supérieurs aux risques. Un traitement formidable que l'Ecole Française de Gynécologie Médicale avait su très vite orienter –dès les années 80- vers les molécules et les voies d'administration adéquates, avant même que les preuves épidémiologiques des bénéfices n'arrivent.
Alors, un Etat, en l'occurrence les USA, parce qu'il est riche et puissant et qu'il peut se payer une étude à un milliard de dollars (rigoureuse quant à sa méthodologie mais fantaisiste quant au  « casting » de sa cohorte), en vient à imposer au monde entier son hégémonie et plonge illico les femmes de plus de 50 ans du monde entier dans une situation inacceptable avec son cortège de symptômes climatériques et ses nouvelles vulnérabilités face aux risques cardiovasculaire et ostéoporotique.
Alors les voici réduites à manger avec conviction des « menofit- je –ne –sais quoi » et  autres poudres de perlimpinpin chèrement payées mais « vues à la TV », sensées leur rendre le « ventre plat » et autres promesses surréalistes.
Et ce, notez-le bien, dans l'indifférence gé-né-ra-le !
Paradoxe douloureux : les gynécologues que nous sommes sont restés persuadés que ces traitements sont bénéfiques et … les utilisent largement pour leur usage personnel.
Mon dieu, quelle misère, j'enrage de tant d'offenses et de tromperies faites aux femmes.
Je suis inconsolable.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom