rechercher dans le site



- Vos Grandes Questions
- -Vos témoignages
- Tout sur votre ovulation
- Le Quotidien de la Gynéco

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

J'ai des règles hémorragiques
imprimer cet article

Les règles sont la desquamation de la muqueuse utérine, ce précieux tissu de chair tapissant l'intérieur de la cavité utérine et dont la mission consiste à accueillir un éventuel œuf fécondé qui viendra s'y enfouir, et s'y « nider ».

Sous l'effet des hormones estrogènes et progestérone sécrétées par les ovaires, du début à la fin du cycle, cette muqueuse va croître, s'épaissir, puis desquamer, puis recommencer ainsi 12 à 14 fois par an.
 
Les règles hémorragiques sont préjudiciables car :
 
-        Elles sont particulièrement inconfortables et gênantes dans la vie de tous les jours,
-        Elles induisent une perte de fer considérable, ce qui peut provoquer une perte de cheveux, vertiges, fatigue, déprime,  … .

 Les causes des règles hémorragiques sont extrêmement variées, parmi elles :

 -        Les règles hémorragiques des jeunes filles : elles ne fabriquent pas assez ou pas du tout de progestérone car leur ovulation est encore incertaine. La muqueuse est hypertrophique et lorsqu'elle va desquamer, elle va le faire avec des caillots et beaucoup de sang.
-        Les règles hémorragiques des femmes en péri ménopause : même mécanisme que celui des jeunes filles, à savoir une ovulation de moins en moins « compétente ».

Ces hémorragies par insuffisance hormonale (insuffisance ou absence de progestérone) peuvent être très correctement traitées par l'administration de comprimés de progestérone ou de progestatifs (hormones proche de la progestérone), en général 10 à 12 jours par cycle du 14ème ou 16ème jour du cycle au 25ème.
 
Mais on peut aussi trouver des règles hémorragiques :

-        Surtout, lors des fibromes utérins (ces boules bénignes de muscle et de fibres de l'utérus fréquentes après 40 ans).
Les fibromes peuvent être situés dans la paroi de l'utérus ou même dans la cavité utérine, et provoquer alors des saignements très importants. Le traitement des fibromes, lorsqu'ils sont hémorragiques, peut être soit l'administration d'hormones de progestérone ou progestatives (dont la seule mission alors est de limiter les règles hémorragiques et n'ont pas d'action sur les fibromes), soit l'ablation chirurgicale des fibromes, voire même l'ablation de l'utérus, surtout chez les femmes après 40 ans.
On peut aussi enlever par les voies naturelles les fibromes situés dans la cavité utérine, ce qui est une intervention « très élégante » (cf. encadré).

-        L'endométriose (la « colonisation » du muscle de l'utérus par des îlots de muqueuses utérines) est aussi une raison fréquente d'hémorragies.

Cette maladie a de nombreux traitements hormonaux ou chirurgicaux selon son stade.

-        Lors de polypes utérins (excroissances bénignes de la muqueuse utérine) dans la cavité utérine : une cause très classique des règles hémorragiques. Le traitement est chirurgical, par les voies naturelles, et consiste en leur ablation.

-        D'autres causes peuvent aussi être retrouvées, mais elles sont beaucoup moins fréquentes, parmi elles, les anomalies de votre système sanguin de coagulation.

L'endométrectomie : une intervention « élégante ».


Lorsque les règles hémorragiques sont provoquées par la présence de fibromes sous-muqueux (intracavitaires) ou par un ou des polypes, le médecin peut, sous hystéroscopie (contrôle de la vue) sous anesthésie générale, aller réséquer, « raboter » ces diverses formations afin de redonner à la cavité utérine un aspect normal.

Cette intervention sera d'autant plus efficace qu'on la terminera par ce que l'on appelle une endométrectomie (une sorte de « cautérisation » de la muqueuse utérine) qui minimise au maximum les risques de récidive. L'hospitalisation est de quelques heures et il n'y a pas de cicatrice.
Cette endométrectomie ne sera cependant proposée qu'aux femmes qui, en principe, ne désirent plus d'enfants (rarement donc avant 40-42 ans) car la muqueuse utérine peut ensuite être rendue impropre à la nidation de l'œuf du fait de cette intervention.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom