rechercher dans le site



- Maladies et petits Bobos
- Préoccupations des Mamans
- Questions Accouchement
- Après l'Accouchement

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Décollement du placenta
imprimer cet article

Je vous rappelle d’abord ce qu’est le placenta : une sorte de gros gâteau (le placenta signifie gâteau en latin), accroché à la paroi intérieure de l’utérus.

C'est par son intermédiaire que l'enfant va se nourrir, prendre des calories et des substances nécessaires à son développement.

Au 4ème mois, il mesure environ 8 cm de diamètre. A neuf mois, il atteindra 20 cm et son poids est de 500 g au moment de l'accouchement. Il se forme dès les premiers jours, dès la nidation de l'œuf dans l'utérus.

Véritable « usine », il permet à l'enfant de se développer et de vivre pendant neuf mois.

Le bébé lui est relié par son cordon ombilical.

Il peut se « décoller de la paroi » dans deux grandes situations schématiques :

Dès les premières semaines de la grossesse, et en général, jusqu'à la fin du 2ème mois, il est possible que l'ébauche de ce placenta, pour des raisons qui en général nous échappent (mais, le stress, le surmenage, les agressions physiques et mentales semblent être des éléments favorisant), se décolle plus ou moins de la paroi : ce décollement est en général signalé par des saignements qui vous alertent et alertent votre médecin. Dès lors, une échographie est demandée en urgence. Elle révèle et confirme le décollement du placenta et en mesure l'étendue. Il est de très nombreux, mais minimes décollements qui parfois « cicatriseront » en l'espace de quelques jours ou quelques semaines et tout rentrera dans l'ordre. Ce au prix de l'observation d'un grand calme et de repos. Parfois, le décollement est irréversible : les saignements vont se transformer en hémorragies, la fausse-couche est inévitable. Nous n'avons pas de stratégie thérapeutique capable de stopper ce processus, si ce n'est l'observation de repos (parfois au lit) jusqu'à cicatrisation.

L'hématome rétroplacentaire : il s'agit d'un gros caillot qui se forme derrière le placenta. C'est une des complications possibles du troisième trimestre de la grossesse. Il s'agit d'une situation très grave qui perturbe considérablement le fonctionnement normal et harmonieux des échanges entre le bébé et sa maman. Décelé et diagnostiqué comme étant certain, cet accident impose l'arrêt immédiat de la grossesse : les risques pour la maman sont, en effet, plus qu'importants.

Autant dire que l'hématome rétroplacentaire constitue une cause de mortalité infantile imparable et quasi inéluctable, sauf dans quelques cas, lorsque l'on a la chance de se trouver près du terme, et que l'intervention chirurgicale par césarienne est suffisamment rapide pour sauver la vie de l'enfant. Les causes à l'origine de cet accident sont relativement obscures. Il semble bien toutefois que la toxémie gravidique (hypertension artérielle accompagnée d'oedèmes et de protéines dans les urines) favorise, dans certaines conditions, l'apparition d'un hématome rétroplacentaire. Il s'agit cependant d'une complication relativement rare.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom