rechercher dans le site



- Maladies et petits Bobos
- Préoccupations des Mamans
- Questions Accouchement
- Après l'Accouchement

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

L’EPISIOTOMIE : Dites moi tout, tout !
imprimer cet article

Cette intervention consiste à couper la vulve sur plusieurs centimètres avec des ciseaux, en partant de l’extrémité inférieure, celle qui se trouve près de l’anus, et en se dirigeant, en général, vers la droite. Ce geste peut vous sembler barbare. En fait, il est souvent indispensable pour éviter une déchirure de la vulve ou même un délabrement du périnée.

Mieux vaut en effet une coupure nette, facile à faire et à recoudre que des tissus et des muscles abîmés, si la tête de l'enfant est trop grosse pour passer et qu'il faut par conséquent « agrandir la sortie ».

Certains médecins font systématiquement une épisiotomie à toutes les femmes qui accouchent pour la première fois. D'autres n'en font jamais.

La bonne attitude se situe sans doute entre ces deux extrêmes.

C'est au médecin de juger si la vulve qu'il voie se distendre à chaque effort d'expulsion est suffisamment souple et ouverte pour laisser passer l'enfant sans dommage ou bien si une épisiotomie s'impose.

Une fois l'enfant sorti, le médecin doit réparer sous anesthésie (locale) le plus souvent, la plaie qu'il vient de faire. Une intervention soigneuse prend souvent entre ¼ d'heure ou 20 mn. De la minutie apportée à cette opération dépend une grande partie de votre confort sexuel après l'accouchement. Certaines épisiotomies mal réparées laissent des cicatrices douloureuses qui empêchent les rapports et empoisonnent  la vie des couples pendant de longs mois. Jusqu'au jour où il faudra « reprendre » l'épisiotomie et la recoudre correctement.

De toute façon, il est beaucoup plus dangereux de ne pas faire d'épisiotomie que d'en faire une pour rien.

A la limite, mieux vaut une épisiotomie inutile qu'un risque de déchirure.

NB:J'ai reçu des critiques sur cette réponse qui a été jugée partisane.

Aussi par souci de respect de la charte HON je vous engage aussi a lire ici les recommandations faites aux gynécologues obstétriciens français par le CNGOF:

CLIQUEZ ICI


 

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom