rechercher dans le site



- Les Nouveautés
- Pilules
- Stérilet
- Autres contraceptions
- Anneau vaginal

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

LES OUBLIS DE LA PILULE
imprimer cet article

La pilule est la méthode contraceptive la plus utilisée et concerne 5,5 millions de femmes. Cependant, 23% des femmes oublient au moins une fois leur pilule au cours d'une plaquette, soit environ 1,2 millions de femmes. Après l'absence de contraception, l'échec de la pilule est la première cause de grossesse non désirée suivie d'une IVG (dans 60% des cas, l'échec de la pilule est dû à un oubli de comprimé) . Le dernier rapport de la Dress(*), publié en octobre 2004, fait état de 206 000 IVG en 2002, en légère progression (+1,7%) par rapport à 2001. Plus récemment, le 7 décembre 2004, l'Anaes recommande d'envisager une autre méthode (stérilet, patch contraceptif, implant hormonal) lorsqu'un oubli de pilule se renouvelle trop fréquemment ou qu'il est constaté un réel manque d'observance (**). (*) Dress, Les IVG en 2002, Etudes et Résultats 2004, n°348, www.sante.gouv (**) Anaes, Stratégie de choix des méthodes contraceptives chez la femme, dec. 2004, www.anaes.fr

QUE FAIRE EN CAS D'OUBLI DE LA PILULE ?

Il convient certainement de ne pas arrêter la plaquette en cours. Il faut absorber le comprimé oublié dès la constatation de l'oubli. Enfin il faut respecter une période d'une durée approximative d'une quinzaine de jours après l'oubli (surtout s'il s'agit d'une très mini-pilule) pendant laquelle on ne peut raisonnablement compter sur un « 100% contraceptif ». D'autres moyens doivent être alors mis à contribution tels que l'utilisation des préservatifs ou encore des spermicides. Si l'oubli à lieu lors des derniers comprimés d'une plaquette, il ne faut plus observer la classique période d'arrêt de 7 jours mais démarrer immédiatement une nouvelle plaquette dès le 21è comprimé absorbé. Enfin si les rapports sexuels ont eu lieu dans cette période d'incertitude contraceptive on peut aussi faire appel à la pilule du lendemain : NORLEVO®. Ou encore demander la mise en place « d'un stérilet du lendemain » (efficace pendant les 5 jours qui suivent le rapport supposé fécondant) que l'on pourra faire retirer ultérieurement lorsque l'effet contraceptif sera à nouveau considéré à 100% (sous pilule par exemple).

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom