DES KOILOCYTES?
Les cellules koilocytes signent en fait la quasi certitude qu’un papillomavirus a réussi à créer une microscopique lésion de votre col utérin.

Il s'agit dans l'immense majorité des cas de lésions bénignes mais dont le potentiel malin n'est pas exclu. C'est la raison pour laquelle après avoir reçu un frottis de ce type, le gynécologue vous conseillera une colposcopie, un examen qui permet de voir le col « à la loupe » et de diagnostiquer cette éventuelle petite lésion : si elle existe, elle sera la plupart du temps détruite grâce au laser.