rechercher dans le site



- Cause ou Explication
- Les Armes
- Les Arnaques

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

La cellulite que de souffrances !
imprimer cet article

Cette graisse ne vous fait courir aucun risque particulier ; elle est bien là où elle est et, lorsqu’elle accepte de libérer quelques acides gras “ prêts à brûler ” pour subvenir à vos besoins énergétiques, elle n’en profite pas pour mettre en péril votre système artériel ou votre système cardio-vasculaire.


ll en va tout autrement de la graisse abdominale qui, lorsqu'elle libère ses acides gras représente un péril cardio-vasculaire fort important.

Il n'y a donc rien à craindre de la cellulite mais... comme elle vous fait pleurer ! Cette souffrance est tout à fait proportionnelle à la puissance du culte de la minceur qui, depuis maintenant plusieurs dizaines d'années, tente de vous convertir. Vous êtes d'ailleurs prête à vous livrer pieds et mains liés aux nouveaux dieux de l'esthétique de cette fin de xxe siècle. Le problème est que ce culte, nous l'avons vu, est en totale contradiction avec votre patrimoine génétique. Alors, comme la plupart d'entre vous ne parviennent décidément pas à ressembler aux Claudia Schiffer et autres top-models qui définissent aujourd'hui le nouvel ordre esthétique, vous avez honte, vous " faites des complexes ", vous souffrez. Et, comble de l'absurde, certaines personnes s'arrangent pour se déshabiller à l'abri du regard de celui qui les aime et qu'elles aiment. La piscine et la plage deviennent des épreuves épouvantables. Lorsque vous vous présentez dans un magasin de vêtements, le regard désolé et fataliste des vendeuses vous rappelle — si vous l'aviez oublié — que vous n'avez pas la " taille mannequin ".

Il importe d'urgence que vous vous protégiez de cette souffrance. N'oubliez pas que vous êtes une femme et que, à ce titre, votre morphologie est parfaitement conforme à votre programmation génétique. Dites-vous aussi que les hommes n'ont pas un regard aussi féroce que vous l'imaginez et qu'ils sont souvent sincères lorsqu'ils vous jurent que vous êtes parfaite ainsi. Tentez de ne pas vous laisser embarquer dans cette quête obsessionnelle de la cuisse droite à tout prix. Ne gâchez pas votre vie dans la recherche incessante d'une image impossible parce que... vous êtes une femme et que vous n'êtes pas un homme !

Bien sur, il y a " cellulite et cellulite " ! Il y a les très importantes, les presque pas visibles, les moyennes... et, selon votre morphologie, votre éventuel surpoids, votre ambition esthétique, il y a un certain nombre de traitements que je vais vous exposer.

 

Les différents types de cellulite

 

À l'origine il s'agit d'une accumulation de graisse en une région préférentielle de votre corps : la face externe de vos cuisses et éventuellement vos fesses. Les cellules à graisse (les adipocytes) sont enserrées comme des billes dans un certain nombre de sacs dont les cloisons sont faites de tissu conjonctif (un tissu élastique d'enveloppement). Le volume de la cellulite, et surtout son aspect esthétique, vont dépendre bien entendu de l'importance du volume de la graisse mais aussi de votre taille (elle sera plus visible sur une cuisse courte que sur une longue), de votre âge, de la qualité des muscles des fesses ou des cuisses, de l'élasticité de la peau (elle décroît régulièrement au fil des années), de l'état de la circulation veineuse de la peau des cuisses, de l'état de la circulation lymphatique,... et l'on comprend que chaque femme puisse prétendre à représenter un cas particulier.

On distingue néanmoins :

La cellulite de la très jeune femme, juste après la puberté

Elle est en général dure, ferme, ne présente pas d'anomalies de la circulation veineuse ni lymphatique visibles à la surface cutanée ; la peau drape très convenablement l'amas graisseux ;

La cellulite commune, banale entre 25 et 50 ans

La peau s'est déjà un peu détendue, parfois même vergetée ; de petits signes d'insuffisance veineuse et lymphatique apparaissent ; un certain degré " d'infiltration d'eau " peut, selon les moments du cycle ou de la vie quotidienne (en particulier selon les stress), venir accentuer encore la proéminence. Lorsque l'on pince la peau entre le pouce et l'index, on met en évidence la " peau d'orange " qui n'est en fait que la traduction visible cutanée de l'accumulation sous-cutanée des amas graisseux ;

La cellulite " évoluée "

Les phénomènes vasculaires et lymphatiques sont en général très visibles. La peau est particulièrement détendue et les amas de graisse sont souvent perceptibles tels des nodules au doigt qui palpe : le tissu conjonctif enveloppant les adipocytes s'est peu à peu, sous l'effet de l'âge, sclérosé, durci, tendu.

 

Le cas des fillettes non pubères

À moins de déjà souffrir d'un surpoids, les jambes des petites filles ressemblent à s'y méprendre à celles de leurs petits camarades du sexe masculin. C'est un fait, la fillette a le plus souvent des fesses et des cuisses androgynes. Et, si vous avez le loisir de l'observer quelques années plus tard, alors qu'elle vient de devenir une jeune femme, vous vous apercevrez que sa morphologie a changé de façon spectaculaire. En même temps que ses seins ont poussé, que ses premières règles sont arrivées, que son bassin s'est élargi, que ses épaules sont restées fluettes, ses cuisses se sont progressivement chargées de graisse, de telle façon que l'ensemble évoque, au premier coup d'œil, la féminité. C'est ici rappeler que la répartition des graisses et le développement musculaire sont sous contrôle très étroit des hormones sexuelles d'origine ovarienne, la progestérone, et, en particulier, des estrogènes.

(A suivre)

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom