rechercher dans le site



- Cause ou Explication
- Les Armes
- Les Arnaques

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

CELLULITE:QUOI D'EFFICACE?
imprimer cet article

Un grand principe de base : éviter de vous faire arnaquer et d’être la “ gogo ” de service !




Les massages et autres manipulations

 

Ils n'ont strictement aucun intérêt. Si le fait de pétrir la graisse suffisait à la faire fondre, ça se saurait ! Et d'ailleurs, comment voulez vous — à moins de faire éclater les adipocytes sous la pression des doigts — que l'on parvienne à faire diminuer le volume graisseux ? En améliorant la circulation sanguine ? Certes, ce poste peut être amélioré par la kinésithérapie, mais souvenez-vous la graisse est localisée en cet endroit sur " ordre génétique ", et non pas par l'effet d'une quelconque déficience circulatoire.

 

Les infiltrations en tout genre

 

Les " spécialistes de la cellulite " vous injectent toutes sortes de produits qui sont totalement inefficaces quant à faire " fondre " la cellulite. Bien heureux lorsque ces produits ne sont pas dangereux (extraits thyroïdiens par exemple) ! Outre le fait que ces " infiltrations ", cette mésothérapie, coûte en général fort cher, qu'elle n'est évidemment pas remboursée par la Sécurité sociale, ce sont les promesses dithyrambiques que l'on vous fait au début du programme qui sont choquantes. On peut vous dire que l'on va certes — peut-être — améliorer l'état de la peau en injectant des substances veinotoniques, que l'on va tenter de lutter contre la micro-inflammation régionale, mais on ne devrait jamais vous promettre une diminution de la masse graisseuse qui ne peut s'effectuer ainsi.

 

La " gégène "

 

Si vous n'en avez pas entendu parler c'est que vous ne lisez rien, n'écoutez personne, n'allez jamais dans les pharmacies, ne vous adressez jamais à une société de vente par correspondance. Vous n'avez jamais entendu parler de ionisation, d'électrothérapie, d'électrolypolise, d'adipocytolise ?

 

Les ionisations

Elles ne sont qu'une variante des infiltrations ou de la mésothérapie : les cocktails anticellulitiques sont ici administrés grâce à de petites éponges qui, par l'action d'un courant de basse fréquence, transportent des éléments sensés faire fondre la graisse dans des localisations stratégiques.

 

Toute différente est la stimulation musculaire

Elle est obtenue par des électrodes : vous êtes là, allongée contre espèces sonnantes et trébuchantes, et vous constatez — mais oui ! — que les muscles de vos cuisses se contractent à un rythme imposé par la machine. On n'arrête pas le progrès ! Êtes-vous devenue si paresseuse que vous ne puissiez faire fonctionner vos muscles par des procédés plus physiologiques (et surtout plus efficaces) tels que la marche, la bicyclette... ? Bien évidemment... non ! Mais il faut dire que cette " satanée cellulite " vous fait perdre la tête et vous rend réceptive à n'importe quel schéma le plus stupide et coûteux soit-il ! N'oubliez pas d'ailleurs que le fait d'augmenter la masse musculaire d'une région n'est absolument pas corrélé avec la perte de graisse de cette région : ce n'est pas parce que vous stimulez les muscles de vos cuisses que vous perdrez de la graisse sur vos cuisses ! L'efficacité de la gégène en termes d'augmentation de la masse musculaire est quasi nulle en comparaison d'une bonne séance de musculation.

Et si l'on vous dit que ça " marche " parce que cela améliore votre circulation sanguine, vous pourrez dès à présent répondre que la cellulite n'est pas due à une " mauvaise circulation sanguine ", mais qu'elle est le résultat d'une accumulation de graisse localisée en cet endroit par une programmation génétique ancestrale. Vous risquez fort alors de créer votre petit effet !

 

L'électrolipolyse, la cellulolipolyse, l'adipocytolyse...

Autant de termes pseudo-scientifiques dont l'ambition est clairement annoncée : lipolyse veut dire fonte de la graisse. Ce sont les nouvelles techniques à la mode ! Et les différents spécialistes se battent entre eux pour démontrer que leur technique est la bonne.

On vous implante en pleine " graisse " — pardon, en pleine cellulite — des " aiguilles " en général fort longues et très fines ; un générateur fait circuler un courant électrique. C'est sur sa composition top-secret — attention, secret commercial ! — que les constructeurs restent le plus souvent discrets. Bref, quelle que soit sa forme, ce courant est capable, telle une " tornade blanche ", de faire fondre la graisse en s'attaquant aux adipocytes. Les séances durent longtemps, il en faut de nombreuses, elles sont coûteuses. Les résultats, à en croire les promoteurs, sont évidemment " très positifs ". Ils sont pourtant considérés par la majorité des médecins comme très décevants.

Il n'est pas exclu cependant que cette technique ait un petit résultat sur l'aspect de la peau qui, grâce à la micro-inflammation du tissu conjonctif sous-cutané créée par électrothérapie, peut s'en retrouver plus tendue, plus ferme. Effet transitoire, bien évidemment.

 

Les ultrasons

C'est une " variante de la gégène " : sensée " vider " les adipocytes de leur graisse. À 75 euros la séance de 45 à 60 mn (bien évidemment non remboursée), on reste rêveur sur l'imagination des " traqueurs de cellulite " et la vulnérabilité des femmes en ce domaine. En tout cas, porte-monnaie " vidé " à coup sûr !

 

La phytothérapie, l'homéopathie, l'acupuncture

Ces techniques, selon les époques, connaissent une certaine vogue. Elles sont aujourd'hui entrées dans une phase de relatif désintérêt, proportionnel à l'engouement actuel pour les méthodes " à la gégène ". Mais elles reviendront, n'en doutez pas !

 

Jusqu'à l'ozonothérapie

On insuffle de l'ozone dans la cellulite et cela fait " éclater " les cellules graisseuses ! Ben voyons !

Enfin passons rapidement sur les " mille et un trucs " qui vous sont proposés comme la " douche anti-cellulite ", le vibromasseur, la ceinture magique, la sudisette extra (on confond tout simplement ici eau et graisse, ce n'est pas grave !), les plantes exotiques, pour leurs éventuelles dangers), la sophrologie, la relaxation, la musicothérapie, l'aromarothérapie, ... .

 

Les massages lymphatiques

 

Ces massages, qui doivent être exécutés par des kinésithérapeutes ou des médecins (les seuls habilités à les pratiquer), n'ont aucun impact particulier sur la cellulite mais peuvent apporter un soulagement intéressant aux sensations de " jambes lourdes, d'infiltrations, d'œdèmes ", souvent contemporaines de la cellulite dont elles ne sont pas une composante mais, je le répète, des facteurs indépendants. Elle a néanmoins le mérite d'améliorer " un petit quelque chose " local en comparaison de la multitude des autres techniques proposées qui, au mieux, ont un effet nul et qui coûtent bien plus cher.

 

La prescription de médicaments

 

Il en existe une multitude : Daflon®, Cyclo 3®, Veinamitol®, Ginkor®...

Ces veinotoniques, le plus souvent administrés par la bouche, ont pour avantage d'agir sur la composante veineuse des troubles localisés aux cuisses et aux jambes. Ils n'ont évidemment aucune action sur la cellulite mais peuvent la rendre plus esthétique, moins inconfortable, surtout lorsqu'elle s'accompagne de désordres veineux ou lymphatiques.

 

En fait, lorsque, comme pour plus de 80 % des femmes, votre cellulite n'exprime absolument pas un surpoids — on ne peut donc espérer venir à bout par un régime alimentaire quelle qu'en soit la sévérité —, il vous reste deux moyens :

– un moyen non agressif : les crèmes cutanées,

– un moyen plus agressif : la lipoaspiration chirurgicale.

 

Les crèmes cutanées

 

Ces produits sont proposés sous la forme de crèmes ou de gels. Ils revendiquent tous des propriétés amincissantes.

Vous en faites une grande consommation : Une Française sur sept a déjà eu recours à l'une de ces crèmes. Éliminons tout de suite les produits " cosmétiques " qui, du fait de la réglementation, n'ont pas le droit d'agir plus profondément que... sur la couche supérieure de l'épiderme ! Il faut dire que, la plupart du temps, on vous propose des crèmes à base de plantes et nous voici à nouveau entraînés dans la saga du lierre, du marron d'Inde, dont l'efficacité à faire fondre les graisses (à supposer que ces molécules atteignent la couche graisseuse) est nulle.

Intéressons-nous plutôt aux produits contenant de la caféine dont certains ont une autorisation de mise sur le marché délivrée par le ministère de la Santé, c'est-à-dire qu'ils peuvent alors — sans déroger à la réglementation et grâce à leur statut de médicament — pénétrer jusqu'aux couches profondes sous-cutanées. Seules en effet les crèmes à base de caféine (Percutaféine® en particulier qui représente près de la moitié des achats français) peuvent revendiquer une action sur la fonte graisseuse.

Avec ce gel, vous êtes certaine d'au moins une chose : le produit passe la barrière cutanée au-delà de laquelle il dépose une molécule (la caféine) dont on sait qu'elle a une action scientifiquement prouvée sur la graisse. Ce produit est, de plus, l'un des moins chers du marché (vous devez pouvoir trouver un tube à moins de 15 euros).

Mais il ne faut pas vous attendre à des résultats " époustouflants ". Vous ne ferez pas, sauf exception, disparaître une cellulite importante. En revanche, l'aspect de la peau est constamment amélioré au bout de plusieurs semaines d'utilisation et l'action favorable sur le volume de la cellulite souvent appréciable. Autant vous dire que je considère que les autres crèmes ou gels (qu'ils soient thermo-amincissants, " aux extraits végétaux ", ou autres placebo) ne me semblent pas être dignes de figurer en bonne place dans votre " arsenal " anticellulite.

 

La caféine fait fondre la graisse, mais comment ?

 

La caféine fait partie de la famille de ce qu'on appelle les bases xanthiques dont la théophylline et l'aminophylline font aussi partie. Leur intérêt réside dans le fait qu'elles peuvent avoir, entre autres, un effet d'accélération de la fonte graisseuse (une action lipolytique). La théophylline diffuse cependant trop rapidement dans la circulation sanguine et a surtout des effets secondaires indésirables dans cette indication. C'est la raison pour laquelle elle retient toute l'attention des scientifiques dans le contexte de l'amaigrissement. En 1965, on a montré que l'absorption par voie orale de 250 mg de caféine augmentait le taux sanguin d'acides gras : la démonstration venait d'être faite que l'on pouvait mobiliser une partie de la réserve graisseuse du corps (bien entendu, rien ne disait précisément laquelle).

Mais les effets du café à haute dose sont bien connus : excitation nerveuse, insomnie, palpitations cardiaques...). C'est pourquoi l'idée de concevoir une crème qui pourrait avoir un effet local s'imposa assez rapidement. Et ce d'autant plus que la caféine passe relativement facilement la barrière cutanée.

Restait encore à comprendre par quel mécanisme biochimique la caféine pouvait ainsi se targuer d'induire une fonte graisseuse. Les expériences menées sont aujourd'hui définitivement confirmées ; elles ont toutes établi que la caféine était responsable de la stimulation d'une enzyme, la triglycéride-lipase, qui " casse " les molécules de triglycérides en libérant le glycérol de ses acides gras. Ces derniers peuvent alors être lâchés dans la circulation sanguine et être " brûlés " pour subvenir aux besoins énergétiques.

 

La lipoaspiration chirurgicale

 

C'est un médecin français, Guy Illouz, qui en décrit la première version en 1977 : grâce à des canules qui, avec le temps, verront leurs diamètres diminuer de plus d'un centimètre à quelques millimètres (3 ou 4), le chirurgien " aspire " la graisse grâce à de minuscules petites ouvertures cutanées permettant l'introduction de la canule. C'est une intervention chirurgicale qui doit être réalisée par un médecin compétent à l'hôpital ou en clinique. Je vous déconseille en particulier de vous faire opérer en d'autres endroits (un cabinet médical de ville par exemple...).

Il y a bien évidemment des indications, des contre-indications, des incidents, des accidents attribués à cette technique, comme toute technique médicale ou chirurgicale en comporte...

En particulier, la peau doit être encore de bonne qualité, propre à se " retendre " sur les parties débarrassées de la graisse sinon, attention, ça va " gondoler ", " faire des vagues ", prendre un aspect de tôle ondulée.

D'autre part, l'aspiration ne peut se faire sans créer un certain nombre de micro-traumatismes, en particulier circulatoires ; car elle détruit veinules et artérioles, ce qui peut aggraver les problèmes veineux préexistants.

La " peau d'orange " restera le plus souvent visible dans la mesure où l'aspiration, pour ne pas créer de traumatisme important de la peau (par exemple nécrose gravissime), doit rester profonde : à vouloir " curer " la graisse immédiatement sous-cutanée, on risque de priver la peau de sa vascularisation et de son innervation.

Enfin, si l'effet de lipoaspiration est durable, il n'est peut-être pas aussi définitif que l'on a bien voulu le dire : de nouveaux adipocytes peuvent se développer, se charger en graisse et être la cause de " récidive ".

Un conseil donc : adressez-vous à l'un des quatre cents chirurgiens esthétiques détenant une compétence reconnue dans leur spécialité. Vous pouvez vérifier la qualification de votre médecin en vous renseignant auprès du Conseil de l'Ordre départemental.

Cela dit, lorsqu'elle est effectuée dans un contexte — en particulier cutané — adéquat et par un chirurgien compétent, la lipoaspiration chirurgicale donne des résultats vraiment très satisfaisants.

 

 

 

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom