rechercher dans le site



- Vos Grandes Questions
- -Vos témoignages
- Tout sur votre ovulation
- Le Quotidien de la Gynéco

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Comment se passe l'examen gynéco?
imprimer cet article


Sincèrement, nous ne connaissons aucune femme qui aime les exa­mens gynécologiques. On a beau dire et répéter que ce n'est pas doulou­reux, cette investigation n'est jamais vécue comme très naturelle.

 Combien de femmes arrivent à se décrisper totalement sur une table gynécologi­que? Pourtant, cet état de décontraction est indispensable pour subir avec un minimum de désagrément la pose du spéculum et le toucher vaginal. Il nous semble également indispensable de savoir ce qui se passe durant un examen gynécologique, et pourquoi.

Le spéculum est l'instrument le plus employé en gynécologie. Il est fait de deux lames de 2 ou 3 cm environ que le médecin écarte légère­ment, une fois le spéculum posé dans le vagin.On utilise de plus en plus les speculum à usage unique en plastique.Un éclairage approprié lui permet de voir le col de l'utérus (sa couleur, son aspect, sa « mine générale le renseignent sur votre santé) et d'effectuer le cas échéant les frottis ou prélèvements nécessaires à un éventuel examen de laboratoire. À l'issue de l'examen au spéculum, votre médecin vérifie aussi le bon état du vagin et de la vulve. Puis le spéculum est enlevé, et vous vous apercevez que tout cela n'était vraiment rien !

Deuxième phase de l'examen : le toucher vaginal. Il se fait à la main et a pour but d'aller vérifier l'état des organes génitaux internes (donc non visibles), l'utérus, en particulier. Pour cela, le médecin recouvre le majeur et l'index de sa main droite (s'il est droitier) d'un doigtier (en plas­tique)et les fait pénétrer le plus doucement possible dans le vagin, jusqu'au col utérin. De l'autre main, posée sur le bas-ventre, il palpe l'utérus et en apprécie ainsi le volume, l'élasticité, la forme, la place, ou toute modification qui lui paraît anormale. Si votre utérus est « anteversé »(c'est-à-dire en avant, ce qui est le cas de 80 % des femmes, vous pouvez vous-même le palper en plaçant votre main sur le bas-ventre pendant l'examen. Vous avez ainsi la surprise de faire connaissance avec une autre partie inconnue de vous-même, qui se mani­feste sous vos doigts par une petite boule mobile de la grosseur d'une prune.

Le toucher vaginal n'est pas non plus un examen douloureux. Encore que, de l'aveu même des femmes, le doigté, l'habileté et la douceur des gestes du praticien soient plus ou moins appréciés. Il est d'autant plus désagréable qu'il est subi dans un grand état de crispation. Donc, un conseil lorsque vous êtes sur la table gynécologique : installez-vous confortablement, respirez à fond et... laissez-vous aller !

Enfin, dernière phase de cette consultation gynécologique ; l'exa­men des seins. Ils sont palpés pour s'assurer qu'il ne s'y loge aucune gros­seur anormale. Si vous le souhaitez, le médecin peut vous indiquer comment effectuer vous-même cette vérification.


<< retour



conception site JPVA - Repèrecom