rechercher dans le site



- Cause ou Explication
- Les Armes
- Les Arnaques

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

La pilule MIRACLE qui fait maigrir?
imprimer cet article


La solution,enfin?

  


Alli® ? C'est quoi ?


•         C'est un médicament vendu sans ordonnance dont vous pouvez voir les publicités un peu partout en ce moment et qui est censé vous aider à perdre du poids.
•         Il est aussi vendu sur ordonnance (Xenical®) depuis de nombreuses années à une dose par gélule double (120 mg contre 60mg pour Alli®).
•         Son action : il limite l'absorption de 25% des graisses au niveau de l'intestin :75% de ces graisses sont encore absorbées.
•         Exemple théorique : si vous mangez  100 grammes de fromage frais à 50% de matières grasses, vous absorbez : 143 calories grâce aux 4 grammes de sucres,7 grammes de protéines,11 grammes de graisses. Avec Alli® c'est comme si vous diminuez de 2,75 grammes de graisses cette portion (cela équivaut à 25 calories en moins : votre portion vous apporte alors 25 calories environ en moins =118 calories contre 143 sans médicament).
Que deviennent les graisses non absorbées ?
Elles sont éliminées dans les selles : selles molles  et parfois plus fréquentes :diarrhées intempestives et urgentes, flatulences, gaz, même fuites huileuses anales.. sont possibles.
Pour minimiser ces inconvénients possibles il faudrait diminuer sa ration quotidienne de graisses sans avoir besoin de la menace des effets secondaires ?
Oui mais…. si l'on diminue sa ration de graisses, on maigrit automatiquement :Alli® ne serait il ici que le « bâton » qui vous contraint par la menace  à baisser votre ration?
N'est-il pas possible d'imaginer que vous puissiez vous même baisser votre ration de graisses sans vous exposer à de tels effets secondaires. A réserver donc à ceux et celles qui ont besoin d'avoir peur d'effets secondaires pour baisse la ration de graisses quotidiennes
Donc vous comprenez que, question régime, vous n'en êtes pas dispensé(e) : il vous faut baisser de toutes façons le niveau de  votre ration alimentaire et Alli®, à supposer  que vous n'ayez pas à le payer par trop d'effets secondaires, vous donne un petit  bonus de perte de poids.
Alli®, c'est pour tout le monde?
Certainement pas ! Il ne peut être envisagé que par ceux et celles qui ont un IMC (Indice de Masse Corporelle) supérieurs à 28.
Pour calculer votre IMC, c'est simple : votre poids en kg est divisé par votre hauteur multipliée par elle-même. Exemple : vous pesez 58 kg et mesurez 1,63.Votre IMC= 58 divisé par : (1,63X1, 63=2,65) .Votre IMC =58 :2,65=21 ,88. Et  ici, dans cet exemple, Alli® n'est surement pas pour vous ! Un IMC supérieur à 27 est le témoin d'un surpoids préoccupant pour la sante (IMC=entre 20 et 25 : normal ; de 25 à 27 : surpoids ; supérieur à 27 : entrée dans l'obésité.
Donc si vous avez 4 ou 6 kg à perdre, oubliez !
 
Warning !Warning !


•         Alli® est contre-indiqué aux moins de 18 ans, aux femmes enceintes ou qui allaitent, aux personnes souffrant d'une malabsorption  intestinale, de problèmes biliaires (calculs vésicule…), sous anticoagulant type warfarine ou sous traitement « antirejet » par la ciclosporine. 
•         Attention chez les diabétiques, ceux et celles qui ont trop de tension, sous traitement pour faire baisser le cholestérol, ayant des  troubles graves du rythme cardiaque.
•         Et…Attention aussi pour toutes celles qui sont sous pilule : elle pourrait être moins efficace en cas de  diarrhées sévères !


Le rôle du pharmacien


Le pharmacien peut refuser de vous délivrer le médicament s'il considère soit qu'il n'est pas adapté à votre situation soit qu'il pourrait se révéler dangereux.
Mais jouera t il toujours ce rôle ? C'est une question de disponibilité ,et finalement le temps nécessaire pour savoir si ce médicament vous adapté est celui que, très logiquement ,vous auriez pu demander à votre médecin qui est mieux organisé dans sa  consultation pour vous prescrire un médicament  à bon escient que le pharmacien dont l'officine n'est pas – à ce jour tout du moins- un lieu d'intimité idéal pour  vous interroger sur vos antécédents médicaux, vous peser, vous mesurer..
Si vous pensez que ce médicament peut vous aider (et que vous souhaitez une appréciation médicale supplémentaire aux conseils du pharmacien), rien ne vous empêche bien sur de consulter votre médecin habituel traitant pour avoir de plus amples conseils.
Il pourra vous prescrire le médicament mais celui-ci ne sera pas remboursé même s'il s'agit de la  forme prescrite sur ordonnance (Xenical®).  Xenical® contient 120 mg de produit actif par  gélule contre 60 mg par gélule d'Alli®).
• 1 gélule de Xenical® contenant l'équivalent de 2 gélules de Alli® vous coutera :1,07 €
• 1 gélule  de Alli®   contenant 1 demie gélule de Xenica l® vous coutera  0,95 € si vous achetez un conditionnement à 42 gélules et 0,71€ si vous achetez un conditionnement à 84 gélules.


 Faites vos comptes !


Comment se prend Alli® ?


•         Une gélule 3 fois par jour au moment des repas
•         Pas plus de 6 mois.
•         Avec de compléments alimentaires vitaminiques car Alli® gêne l'absorption intestinale de certaines vitamines  
•         Alli® :59,90 € par mois, soit un total pour 6 mois de 359,40 € (non remboursé par la Sécurité sociale).

LETTRE AUX MDECINS (AFSSAPS AVRIL 2009)

 Docteur,

« A l'attention des médecins généralistes, aux diabétologues, endocrinologues et nutritionnistes » AFSSAPS AVRIL 2008
Docteur,
En accord avec l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps),
GlaxoSmithKline Santé Grand Public vous informe de la mise à disposition d'alli® (orlistat 60 mg).
alli® est indiqué en association à un régime modérément hypocalorique et pauvre en graisses, dans le traitement du surpoids (Indice de Masse Corporelle (IMC) = 28 kg/m²) chez l'adulte.
Médicament de Prescription Médicale Facultative, alli® est disponible en pharmacie sans ordonnance par boîtes de 42 et 84 gélules.
Les pharmaciens pourront délivrer alli® dans le respect de l'AMM, avec l'aide notamment d'une fiche d'aide à la dispensation rappelant les questions essentielles à poser au patient au moment de la délivrance ainsi que les principales précautions d'emploi et conseils associés.
Néanmoins, en raison des risques métaboliques et vasculaires auxquels sont exposés les patients en surpoids, les pharmaciens devront les orienter si besoin vers leur médecin traitant afin de ne pas retarder le dépistage d'une pathologie intercurrente et, le cas échéant, les faire bénéficier d'une prise en charge globale.
De plus, un avis médical est nécessaire avant ou pendant le traitement pour les patients sous antidiabétique, antihypertenseurs et hypocholestérolémiant.
En conséquence, si un patient vous informe qu'il a commencé à prendre alli® ou exprime son souhait de débuter ce traitement, vérifiez avec lui que la prise de ce médicament est adaptée à sa situation.
Discutez avec lui de ses objectifs de perte de poids et sa prise en charge hygiéno-diététique pour renforcer sa motivation et ajuster si besoin ses comportements alimentaires et sa pratique d'activités physiques.
Nous vous rappelons les principales informations à connaître sur alli® :
En bloquant l'absorption d'environs 25 % des graisses ingérées, alli® expose principalement le patient à un risque d'effets indésirables digestifs et à certaines interactions médicamenteuses.
Ainsi, les contre-indications de alli® sont :
?? Age inférieur à 18 ans
?? Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients
?? Traitement concomitant par la ciclosporine
?? Traitement concomitant par la warfarine ou un autre anticoagulant oral
?? Syndrome de malabsorption chronique
?? Cholestase
?? Grossesse et allaitement
Un avis médical est nécessaire avant de débuter un traitement avec alli® :
?? Chez les patients traités par amiodarone : une diminution des niveaux plasmatiques d'amiodarone a été observée en cas de prise concomitante avec l'orlistat chez les volontaires sains. La pertinence clinique n'est toutefois pas connue chez les patients traités par l'amiodarone. Il peut s'avérer nécessaire d'adapter la dose d'amiodarone.
?? Chez les diabétiques : la perte de poids peut améliorer le contrôle métabolique, il pourrait alors être nécessaire d'adapter la dose des antidiabétiques. Par ailleurs, il est déconseillé aux personnes sous acarbose d'utiliser alli®, en l'absence d'études sur l'interaction pharmacocinétique.
Lors de la prise d'alli®, les patients doivent être informés des points suivants :
?? La posologie d'alli® est une gélule avec chaque repas principal contenant des graisses, à prendre avant, pendant ou jusqu'à 1 heure après la fin du repas.
?? En l'absence de perte de poids à 12 semaines, il sera nécessaire d'en analyser les raisons et d'envisager un arrêt du traitement.
?? La durée du traitement par alli® est limitée à 6 mois.
?? Il est recommandé d'instaurer un régime alimentaire équilibré et un programme d'exercices physiques adaptés avant le début du traitement par alli®.
?? La limitation des lipides à environ 15 grammes par repas (calculée pour un régime dont la cible calorique est de 1400 calories par jour) permet de limiter les risques de survenue d'effets indésirables digestifs comme de selles molles, de flatulences avec ou sans pertes huileuses, ou d'urgences fécales.
Chez certains patients, ces effets digestifs peuvent être source d'anxiété.
?? Des cas d'hémorragies rectales ont été rapportés chez des patients prenant l'orlistat. Dans ce cas, le patient doit consulter un médecin.
?? La perte de poids est en mesure d'améliorer certains paramètres biologiques. Ainsi, si un patient suit un traitement contre l'hypertension artérielle ou le cholestérol, vous pourrez être amenés au cours du traitement avec alli® à ajuster la posologie de ses médicaments.
?? En cas de diarrhée sévère, l'efficacité des contraceptifs oraux peut se trouver réduite : il faut surveiller la conduite à tenir en fonction du type de pilule et un moyen de contraception complémentaire doit être conseillé.
?? alli® peut réduire l'absorption de certaines vitamines liposolubles (A, D, E, K); la prise d'un supplément multivitaminique, au coucher, doit être conseillée.
Nous vous rappelons que tout effet indésirable grave ou inattendu doit être déclaré au Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) dont vous dépendez (coordonnées disponibles sur le site Internet de l'Afssaps www.afssaps.fr ou dans le dictionnaire Vidal).
Pour plus d'informations sur alli® nous vous invitons à contacter le Département d'Information et d'Accueil
Médical (DIAM) au : 01 39 17 84 44.
Nous vous prions d'agréer, Docteur, l'expression de notre considération distinguée.


COMISSION D'AMM AFSSAPS Décembre 2008

L'avis des membres de la Commission d'AMM est sollicité sur les deux points suivants :
1 - l'exonération à la réglementation des substances vénéneuses de l'orlistat 60mg (délistage), envisagée en vue de tirer les conséquences de la décision communautaire qui devrait intervenir dans les prochaines semaines pour autorisation de la mise sur le marché d'Alli 60 mg (Orlistat) comme un produit non soumis à prescription médicale.
2 - l'opportunité d'interdire ou de restreindre la publicité auprès du public en particulier en raison de l'existence d'un risque possible pour la santé publique, notamment lorsque le médicament n'est pas adapté à une utilisation sans intervention d'un médecin pour le diagnostic, l'initiation ou la surveillance du traitement dans la mesure où l'article L.5122-6 du code de la santé publique le permettrait.
Les principaux points de la discussion ont été :
- le risque de non-identification par les patients de leurs facteurs de co-morbidité sous-jacents (généralement co-existants avec l'obésité), retardant ainsi leur diagnostic et prise en charge.
- le risque de mésusage du produit c'est-à-dire, utilisation d'Alli dans une situation non validée par l'AMM, par exemple :
- période de traitement plus longue que celle recommandée (troubles de l'absorption des vitamines liposolubles)
- dépassement de la dose recommandée.
- utilisation d'orlistat par des adolescents, des enfants ou des patients souffrant de troubles du comportement alimentaire.
- la difficulté pour le patient de calculer son indice de masse corporelle (IMC).
De plus, tout en prenant acte de l'issue du processus d'évaluation européen et de la portée de la décision communautaire qui en découle, la Commission estime au vu du chevauchement des indications d'Orlistat 120 mg (Xenical) et Orlistat 60 mg (Alli), qu'une différence de statut de prescription ne semble pas justifiée.
Le Président de la Commission a donc sollicité un vote :
- concernant le 1er point : - « le délistage , le résultat est le suivant : 4 voix pour , 21 voix contre et 2 abstentions
- concernant le 2ème point : « la publicité auprès du grand public », le résultat est le suivant : 2 voix pour, 23 voix contre et 2 abstentions
Afssaps –

Et AFSSAPS septembre 2011:

Orlistat (Alli®, Xenical®) : Mise en garde concernant le risque d’hépatotoxicité - Point d'information
23/09/2011
Lire aussi

    Surveillance des médicaments : Fiche Alli

L’Afssaps met en garde contre le risque d’atteintes hépatiques rares mais graves lors d’un traitement par orlistat. Deux spécialités commercialisées en France contiennent cette substance active à des dosages différents Alli® (orlistat 60 mg) et Xenical® (orlistat 120 mg), ces deux spécialités disposent d’une autorisation de mise sur le marché européenne et sont indiquées dans le traitement du surpoids ou de l’obésité.

Alli® est commercialisé en France depuis mai 2009 par GlaxoSmithKline Santé Grand Public. Il est indiqué dans le traitement du surpoids (IMC1  ≥ 28 kg/m²) chez l’adulte, associé à un régime modérément hypocalorique et pauvre en graisses. Ce médicament n’est pas soumis à prescription médicale. Il peut donc être délivré en pharmacie sans ordonnance à la demande du patient. Pour cette raison, Alli® fait l’objet d’un suivi national de pharmacovigilance depuis sa commercialisation.

Xenical® est commercialisé en France depuis septembre 1998 par Roche. Il est indiqué en association à un régime modérément hypocalorique, dans le traitement de l’obésité (IMC ≥ 30 kg/m2), ou du surpoids (IMC ≥ à 28 kg/m2) associé à des facteurs de risques. Cette spécialité est soumise à prescription médicale.

Plusieurs cas graves d’atteintes hépatiques ont été rapportés chez des patients traités par orlistat ayant conduit dans certains cas à une transplantation hépatique voir au décès du patient. Le lien de causalité avec l’orlistat reste difficile à établir mais ne peut pas être exclu. Devant la gravité de ces effets hépatiques, l’Agence Européenne du Médicament (EMA) a récemment conduit une évaluation des effets indésirables rapportés avec orlistat. Elle a décidé de réévaluer le rapport bénéfice/risque de ces deux spécialités.

Dans l’attente des résultats de cette réévaluation, l’Afssaps souhaite mettre en garde contre ce risque rare mais grave d’atteinte hépatique.

L’Afssaps rappelle la nécessité de respecter strictement les indications de ces deux produits et recommande :

    aux médecins qui prescrivent Xenical® et aux pharmaciens qui dispensent Alli® et Xenical® d’informer les patients sur la possibilité de survenue d’une atteinte hépatique ;
    aux patients de signaler immédiatement à leur médecin tout symptôme d’atteinte hépatique. Les symptômes peuvent être notamment une fatigue, un jaunissement de la peau et des yeux, des maux de ventre et une sensibilité du foie ;
    l’arrêt immédiat du traitement par orlistat en cas de survenue de symptômes d’atteinte hépatique ainsi que la réalisation d’un bilan hépatique.

L’Afssaps rappelle que la démarche de perdre du poids n’est ni anodine ni sans conséquence pour la santé. Elle doit entrer dans le cadre d’une démarche globale, individualisée et s’inscrire sur le long terme sous le contrôle d’un médecin.

L’Afssaps rappelle que tout effet indésirable grave ou inattendu doit être déclaré par les professionnels de santé aux centres régionaux de pharmacovigilance-CRPV . Les patients peuvent également déclarer un effet indésirable par le biais d'une association de patients agréée, ou directement au CRPV dont ils dépendent géographiquement au moyen du formulaire disponible sur le site Internet de l'Afssaps (15/06/2011) application/pdf (100 ko).

1 -   IMC : Indice de Masse Corporelle = rapport du poids sur la taille au carré

Contacts presse : presse@afssaps.sante.fr
Axelle de Franssu – 01 55 87 30 33 / Magali Rodde - 01 55 87 30 22

L'avis des membres de la Commission d'AMM est sollicité sur les deux points suivants :
1 - l'exonération à la réglementation des substances vénéneuses de l'orlistat 60mg (délistage), envisagée en vue de tirer les conséquences de la décision communautaire qui devrait intervenir dans les prochaines semaines pour autorisation de la mise sur le marché d'Alli 60 mg (Orlistat) comme un produit non soumis à prescription médicale.
2 - l'opportunité d'interdire ou de restreindre la publicité auprès du public en particulier en raison de l'existence d'un risque possible pour la santé publique, notamment lorsque le médicament n'est pas adapté à une utilisation sans intervention d'un médecin pour le diagnostic, l'initiation ou la surveillance du traitement dans la mesure où l'article L.5122-6 du code de la santé publique le permettrait.
Les principaux points de la discussion ont été :
- le risque de non-identification par les patients de leurs facteurs de co-morbidité sous-jacents (généralement co-existants avec l'obésité), retardant ainsi leur diagnostic et prise en charge.
- le risque de mésusage du produit c'est-à-dire, utilisation d'Alli dans une situation non validée par l'AMM, par exemple :
- période de traitement plus longue que celle recommandée (troubles de l'absorption des vitamines liposolubles)
- dépassement de la dose recommandée.
- utilisation d'orlistat par des adolescents, des enfants ou des patients souffrant de troubles du comportement alimentaire.
- la difficulté pour le patient de calculer son indice de masse corporelle (IMC).
De plus, tout en prenant acte de l'issue du processus d'évaluation européen et de la portée de la décision communautaire qui en découle, la Commission estime au vu du chevauchement des indications d'Orlistat 120 mg (Xenical) et Orlistat 60 mg (Alli), qu'une différence de statut de prescription ne semble pas justifiée.
Le Président de la Commission a donc sollicité un vote :
- concernant le 1er point : - « le délistage , le résultat est le suivant : 4 voix pour , 21 voix contre et 2 abstentions
- concernant le 2ème point : « la publicité auprès du grand public », le résultat est le suivant : 2 voix pour, 23 voix contre et 2 abstentions
Afssaps –

Et AFSSAPS septembre 2011:

Orlistat (Alli®, Xenical®) : Mise en garde concernant le risque d’hépatotoxicité - Point d'information
23/09/2011
Lire aussi

    Surveillance des médicaments : Fiche Alli

L’Afssaps met en garde contre le risque d’atteintes hépatiques rares mais graves lors d’un traitement par orlistat. Deux spécialités commercialisées en France contiennent cette substance active à des dosages différents Alli® (orlistat 60 mg) et Xenical® (orlistat 120 mg), ces deux spécialités disposent d’une autorisation de mise sur le marché européenne et sont indiquées dans le traitement du surpoids ou de l’obésité.

Alli® est commercialisé en France depuis mai 2009 par GlaxoSmithKline Santé Grand Public. Il est indiqué dans le traitement du surpoids (IMC1  ≥ 28 kg/m²) chez l’adulte, associé à un régime modérément hypocalorique et pauvre en graisses. Ce médicament n’est pas soumis à prescription médicale. Il peut donc être délivré en pharmacie sans ordonnance à la demande du patient. Pour cette raison, Alli® fait l’objet d’un suivi national de pharmacovigilance depuis sa commercialisation.

Xenical® est commercialisé en France depuis septembre 1998 par Roche. Il est indiqué en association à un régime modérément hypocalorique, dans le traitement de l’obésité (IMC ≥ 30 kg/m2), ou du surpoids (IMC ≥ à 28 kg/m2) associé à des facteurs de risques. Cette spécialité est soumise à prescription médicale.

Plusieurs cas graves d’atteintes hépatiques ont été rapportés chez des patients traités par orlistat ayant conduit dans certains cas à une transplantation hépatique voir au décès du patient. Le lien de causalité avec l’orlistat reste difficile à établir mais ne peut pas être exclu. Devant la gravité de ces effets hépatiques, l’Agence Européenne du Médicament (EMA) a récemment conduit une évaluation des effets indésirables rapportés avec orlistat. Elle a décidé de réévaluer le rapport bénéfice/risque de ces deux spécialités.

Dans l’attente des résultats de cette réévaluation, l’Afssaps souhaite mettre en garde contre ce risque rare mais grave d’atteinte hépatique.

L’Afssaps rappelle la nécessité de respecter strictement les indications de ces deux produits et recommande :

    aux médecins qui prescrivent Xenical® et aux pharmaciens qui dispensent Alli® et Xenical® d’informer les patients sur la possibilité de survenue d’une atteinte hépatique ;
    aux patients de signaler immédiatement à leur médecin tout symptôme d’atteinte hépatique. Les symptômes peuvent être notamment une fatigue, un jaunissement de la peau et des yeux, des maux de ventre et une sensibilité du foie ;
    l’arrêt immédiat du traitement par orlistat en cas de survenue de symptômes d’atteinte hépatique ainsi que la réalisation d’un bilan hépatique.

L’Afssaps rappelle que la démarche de perdre du poids n’est ni anodine ni sans conséquence pour la santé. Elle doit entrer dans le cadre d’une démarche globale, individualisée et s’inscrire sur le long terme sous le contrôle d’un médecin.

L’Afssaps rappelle que tout effet indésirable grave ou inattendu doit être déclaré par les professionnels de santé aux centres régionaux de pharmacovigilance-CRPV . Les patients peuvent également déclarer un effet indésirable par le biais d'une association de patients agréée, ou directement au CRPV dont ils dépendent géographiquement au moyen du formulaire disponible sur le site Internet de l'Afssaps (15/06/2011) application/pdf (100 ko).

1 -   IMC : Indice de Masse Corporelle = rapport du poids sur la taille au carré

Contacts presse : presse@afssaps.sante.fr
Axelle de Franssu – 01 55 87 30 33 / Magali Rodde - 01 55 87 30 22

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom