rechercher dans le site



- Cause ou Explication
- Les Armes
- Les Arnaques

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Vous avez maigri… et après ?
imprimer cet article

Toutes les techniques ont évidemment, comme toutes les stratégies d’amaigrissement, leurs limites : vous avez maigri… Mais après ?

C'est ce « après » qui reste le problème le plus important de la démarche générale car, si vous reprenez vos habitudes alimentaires « d'avant », vous regrossirez insensiblement au fil des mois.
 
Une période de stabilisation
Ces techniques d'amaigrissements, où il suffit d' « enlever » le ou les aliments qui déséquilibrent tout, ont l'immense avantage de vous épargner tous les calculs assommants. Étant entendu, cependant, qu'au départ vous aurez tout de même dû faire quelque effort pour repérer sur la table des calories le ou les aliments à modifier, leur quantité à diminuer, leur remplacement éventuel par d'autres aliments. Mais cette opération unique et ponctuelle ne devrait pas prendre plus d'une demi-heure de votre temps une fois pour toutes.
L'avantage, aussi, c'est que, ne se polarisant que sur un, deux ou trois aliments en général, votre modification sera finalement de faible importance par rapport au reste de votre alimentation qui restera identique en ce qui concerne vos goûts, vos préférences et vos dégoûts.
Nous sommes loin ici des recettes et menus imposés : vous ne faites plus de régime ! Vous mangez normalement !
Mais vous pouvez aussi choisir de ne pas mettre le « pilote automatique » et de vous laisser guider par un programme d'amaigrissement « à la carte ». Celui-ci vous sera particulièrement concocté par le médecin nutritionniste, aidé le plus souvent du (de la) diététicien(ne).
Pour conclure, si tout va bien, après avoir utilisé une ou plusieurs des stratégies que j'appelle du « pilote automatique », vous aurez certes maigri, l'objet de votre désir, mais surtout vous serez, la plupart du temps, pénétrée de nouveaux principes d'alimentation sans bouleverser vos goûts, votre façon de cuisiner, votre rapport intime avec la nourriture. Cette méthode devrait vous avoir permis de rééquilibrer votre alimentation en recentrant votre consommation des graisses, des glucides (les lents par rapport aux rapides) et, surtout, de diminuer votre ration calorique de façon discrète et donc acceptable sur le long terme, en vous permettant alors de déclarer sans aucune exagération : je ne fais plus de régime ; ce que je fais aujourd'hui, c'est mon alimentation normale.

Si vous êtes invitée, pas de panique !

A l'apéritif : évitez tous les amuse-gueule très séduisants mais ô cornbien caloriques (les 50 pistaches ne valent pas les quelques 200 calories ingérées ; par contre, 5 pistaches ne vous apportent que 20 calories : à discuter !).
Quant à l'apéritif lui-même, vous avez le choix entre l'eau, l'alcool (une coupe de champagne = 120 calories) ou, pourquoi pas, rien. C'est selon le désir que vous en avez et le plaisir que vous en retirerez. Bien évidemment, la dimension sociale et conviviale compte ici : accepter une coupe de champagne peut être un élément important de votre intégration à une soirée, en même temps qu'elle peut bien évidemment lever, l'alcool aidant, un certain nombre d'inhibitions qui feront de vous un être plus « social ». Bref, comme l'invitation est ponctuelle, elle peut s'inscrire dans une démarche exceptionnelle ; vous devez pouvoir vous offrir un certain écart calorique par rapport à votre niveau de base. En tout cas, ne reprenez pas une deuxième coupe de champagne !
A table, servez-vous de chaque plat avec modération, en évaluant au mieux la teneur en graisses de ce qui vous est servi. Choisissez de préférence les aliments probablement les moins gras ; évitez si possible les sauces.
Mangez lentement : Si votre assiette est déjà vide dans les minutes qui suivent l'arrivée du plat, il vous sera extrêmement difficile de ne pas vous resservir.
Surveillez votre verre de vin, videz-le doucement, mais sans culpabilité : il ne vous apporte que 70 calories. S'il vous fait plaisir, il importe que dans ce moment de « fête sociale » que constitue une invitation à déjeuner ou à dîner, la dimension de plaisir reste largement présente.
Bien sûr, en fin de repas, il vous faudra sans doute faire quelques efforts pour résister à la superbe salade à l'huile de noix et au magnifique plateau de fromages ! Mais à la différence des autres moments du repas, vous ne vous « marginaliserez » pas en les refusant.
Vient enfin le dessert au restaurant, vous pouvez immédiatement passer au café mais si on vous a « invitée à la maison », vous pourrez difficilement refuser. Prenez une petite part. Parfois, on vous donnera à choisir entre le gâteau et les fruits, vous choisirez alors ces derniers, bien évidemment.
À la fin du repas, vous aurez certainement ingéré quelques 200 à 500 calories supplémentaires. La belle affaire !
Vous pouvez parfaitement tenter de « rattrape » ce surplus le jour suivant en diminuant sensiblement les calories absorbées.

Manger à l'extérieur

Toute différente est la problématique des femmes qui sont amenées à « manger au restaurant » de façon très fréquente pour des motifs en général professionnels. Ici, fort heureusement, on assiste à un nouveau code social qui permet de s'alimenter de façon restrictive sans pour autant choquer, importuner, attrister la partie invitante : il n'est pas malséant aujourd'hui de refuser apéritif et entrée pour passer directement au plat principal qui est de plus en plus composé de poissons ou de viandes, cuisinés avec un minimum de graisses.

Le plateau de fromages est en général refusé. Boire de l'eau en refusant le vin est de moins en moins décodé comme un signal de tristesse.

Enfin, le passage immédiat du plat principal au « café » (éventuellement sucré par un édulcorant de synthèse) traduit de plus en plus la recherche d'une certaine hygiène, la prévention de la santé, le sérieux de celui ou celle qui « dans le travail » cherche à garder une tête particulièrement efficace, toutes notions qui sont plutôt de nature à vous valoriser qu'à vous rendre « peu fréquentable ».

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom