rechercher dans le site



- Vos Grandes Questions
- -Vos témoignages
- Tout sur votre ovulation
- Le Quotidien de la Gynéco

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

ABLATION DE L'UTERUS = MENOPAUSE?
imprimer cet article

Est-il vrai que l’ablation de l’utérus entraîne une ménopause ?

L'hystérectomie qui consiste à enlever l'utérus n'entraîne pas de ménopause car celle-ci est définie par l'arrêt de fonctionnement des ovaires. Si le chirurgien enlève aussi les ovaires, alors oui, il s'agit d'une ménopause réelle, dite chirurgicale. Mais s'il n'enlève que l'utérus, les ovaires vont continuer de fonctionner, de sécréter des hormones estrogènes et progestérone, et ce, jusqu'à la date où serait survenue spontanément la ménopause. La seule différence est que, comme il n'y a pas d'utérus, il n'y a pas de règles.

Infertilité masculine : les différentes causes

L'infertilité masculine est en cause dans 50% des cas d'infertilité d'un couple, comme facteur seul ou comme co-facteur. Quelles sont les causes de l'infertilité masculine ? Quels examens permettent de faire le diagnostic d'une infertilité masculine ?
.
Un sperme était considéré normal jusqu'en 2010 s'il contenait 60 millions de spermatozoïdes par mm3, a au moins 60% de spermatozoïdes normaux et 60% de spermatozoïdes qui bougent encore une heure après l'éjaculation.
Mais depuis 2010, l'OMS a baissé ces normes : on accepte comme normal un sperme contenant 25% ou plus de formes normales et un nombre supérieur à 20 millions par cm3.
Pour que l'homme soit fertile, il faut en plus que ces spermatozoïdes se déplacent correctement dans les organes génitaux. Le spermogramme, examen qui consiste en un instantané de la fabrication des spermatozoïdes, permet de voir quelle est la cause d'une infertilité masculine : absence de spermatozoïdes, nombre trop faible de spermatozoïdes, spermatozoïdes peu mobiles ou anormaux.


<< retour



conception site JPVA - Repèrecom