rechercher dans le site



- Cause ou Explication
- Les Armes
- Les Arnaques

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Le Syndrome Prémenstruel (SPM) et
imprimer cet article

20 03 07 - Vous dites que vous "gonflez" et c'est le plus souvent de l'eau ! “Docteur, dès le vingt-deuxième jour de mon cycle j’ai un ventre de femme enceinte de quatre mois !”.Cette augmentation du volume de votre corps ne s’accompagne d’ailleurs pas forcément d’une prise de poids aussi considérable : vos formes changent, parfois de façon excessive, sans que votre balance semble s’affoler pour autant.

Les seins enflent et deviennent douloureux, le ventre ballonne de façon spectaculaire, les cuisses, les fesses "s'infiltrent" d'eau, les chevilles et les mains gonflent, le visage est parfois bouffi, méconnaissable le matin. Il faut ici faire une différence fondamentale entre ces manifestations en relation évidente avec une "rétention d'eau" et les autres "gonflements du corps", corrélés à une prise de poids faite de graisse.

C'est en effet "de l'eau" que vous pouvez soudainement garder, et ce de façon si spectaculaire qu'une prise de poids de 1 à 3 kilos peut venir s'inscrire subitement sur votre balance en l'espace de quarante-huit heures ! Il ne peut évidemment s'agir de graisse : le tissu graisseux est bien plus lent à s'installer : vous n'avez pas besoin de 8 500 calories en plus pour faire 1 kilo supplémentaire lorsqu'il n'est constitué que d'eau et de sel !

Ces kilos d'eau s'évacuent, la plupart du temps, de façon aussi subite qu'ils sont venus, dès que les règles surviennent. Mais la prise de poids contemporaine du syndrome prémenstruel, si elle est dans les cas typiques majoritairement faite de rétention d'eau, peut aussi s'accompagner dune certaine mise en réserve de graisse. Car la période prémenstruelle peut se caractériser aussi par des modifications de votre façon de vous alimenter qui peuvent alors entraîner une surcharge calorique responsable dune mise en réserve d'énergie sous forme de graisse.

Vous faites bien en général la différence entre "prise de poids sous forme d'eau" et prise de poids "sous forme de graisse" : ce sont ces quelques centaines de grammes que vous conservez, cycle après cycle, année après année d'expérimentation du syndrome prémenstruel et qui, à force, finissent par représenter quelques bons vieux kilos de graisse. Et si la prise de poids "eau" est relativement bien acceptée lorsqu'elle se corrige au début du cycle, celle-ci, lorsqu'elle s'installe insidieusement, finit de susciter chez certaines d'entre vous une véritable panique lorsque les kilos élisent domicile irrémédiablement.

Certaines femmes connaissent aussi dans cette période des symptômes à type de fatigue, de découragement et de déprime, de vulnérabilité psychique qui peuvent, s'ils sont importants, devenir vraiment gênants et expliquer antre autres que l'on se tourne plus facilement vers les aliments « consolateurs » (graisses, sucres). P

ourtant les solutions tant hormonales que non hormonales du « SPM » existent et il est certainement dommage de ne pas les appliquer et de souffrir en silence pendant de nombreuses années. C'est spécifiquement le gynécologue qui doit prendre en charge le SPM.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom