rechercher dans le site



- Cause ou Explication
- Les Armes
- Les Arnaques

rechercher dans le site


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici






 


***




<< retour

Les “kilos grossesse”
imprimer cet article

20 03 07 -Ces kilos ne sont pas systématiques : une Européenne sur deux ne constate pas de variation pondérale importante après l'accouchement par rapport au poids d'avant la grossesse.

Cela dit, les femmes qui gardent une surcharge pondérale après la grossesse sont celles qui ont pris beaucoup pendant les neuf mois de gestation. Et ce sont en général les femmes qui ont pris un poids modéré qui retrouvent le plus vite — le plus souvent dans les trois mois qui suivent l'accouchement — leur poids initial. Prendre beaucoup de poids pendant la grossesse, et en particulier plus de 15 kilos, est sans doute l'une des façons les plus certaines d'avoir à se battre ensuite contre ces "kilos grossesse". Mais la prise de poids de la grossesse ne résume pas à elle seule toutes les raisons de ce phénomène :

– lorsque "l'enfant paraît", la vie change considérablement : les rythmes de la journée sont bouleversés, les habitudes de loisirs, professionnelles, sociales sont profondément modifiées. Nombre de femmes abandonnent — au moins de façon transitoire — leur activité professionnelle. Cela les oblige à renouer avec l'alimentation "faite maison", les expose à une disponibilité importante des aliments inexistants sur le lieu de travail ;

– l'abandon du tabac est une cause fréquente de prise de poids. Bon nombre de femmes se sont enfin résolues à "tordre le cou à leur tabagisme" pour ne pas faire de mal à leur bébé. Bien leur en à pris mais, et l'abandon de l'intoxication nicotinique s'accompagne souvent d'une prise de quelques kilos ;

– cela est fréquent, la venue du bébé correspond à une réduction importante de l'activité physique, et en particulier de la pratique des sports responsables d'une diminution de la consommation calorique ;

– enfin, rupture d'équilibre affectif, difficulté d'adaptation au nouveau rôle de mère, "angoisses", dépression du post partum (ce que l'on appelle le baby-blues), diminution des temps de loisirs,... tous ces facteurs sont susceptibles de générer de l'angoisse, de la morosité, et la jeune accouchée tentera de "compenser" par une modification de ses habitudes alimentaires.

<< retour



conception site JPVA - Repèrecom